top of page
Search
  • Laure Molina

Healing the wound / Guérir la blessure        

Updated: Jun 6

                                                                                            

**

This article is addressed to all those people who feel within themselves a particular strength, a vitality so important that they cannot conform to the reality proposed by politics and its institutions, marked out by administrations. These people, endowed with passion, vision and perception that are often out of sync, turn to their dreams, their inner world, to observe, understand and adapt. The gap with the common vision complicates their integration into society. These individuals will either have to channel their strengths or suffer the consequences. I don't know about you, but often this particular identity can lead to you living on the bangs of society, without anyone noticing. It would be a society's political responsibility to identify this type of personality, as a potential source of evolution towards new systems. Ideas could emerge that no-one would have thought of before.

The forces that inhabit this level of consciousness often stem from deep-rooted wounds caused by traumatic events in childhood, family or political origins, passed down from generation to generation. Like the rifts in the oceans, the rift that some people may feel in their hearts will generate quantities of energy! It will reveal unexpected behaviors that may seem surprising to the average citizen, who will never question the social and political system proposed to him or her. In this article, we present the effects of injury, and how it is expressed in society and art in particular. The aim of this article is to provide food for thought, as well as to share cultural and political perspectives on the subject of injury, with a view to considering solutions. Finally, it asks whether these solutions are really applicable and whether they can lead to sustainable development.


Expressing personal wounds


The great artist Joseph Beuys often introduced his conversations by asking others to talk about their wounds. The use of the personal pronoun, which accompanies the injury, can be questioned here. Indeed, why appropriate a wound? The more I study and observe it, the more the possibility of a collective character seems possible and raises questions. Is there an original wound, unique to the human species?

These articles give you the opportunity to react, to take part in the debate on what a wound is, if you've ever felt it. I'm not necessarily talking about physical pain, I'm talking about a flaw, somewhere in the chest, maybe even a weight underfoot, that interacts with the way we think, without us even realizing it. Suggesting an overview of all the possible definitions of what an emotional or psychological wound can be, the one I'm talking about is certainly familial, like an inheritance. Do we know any families who live in a paradise where everything is pink and spotless? Is the transmission through blood ties? Is it political, like the experience of war? Or is it simply natural, like the ocean that hides deep fissures in its depths, leading to the darkness and the beings that lurk there? This wound-related search can cause pain, stress and difficulties in daily life. However, some people, by working to overcome these wounds, will be able to develop traits and skills that will truly contribute to their personal evolution. This leads to what is commonly referred to as personal development, i.e. working on oneself and overcoming emotional obstacles. In this way, we can develop a better understanding of ourselves, our needs and our values. People who face challenges and recover from trauma can develop greater resilience in the face of future difficulties. People who have lived through difficult experiences will often develop a deeper understanding of emotions and comprehend the struggles of others. This can lead to greater empathy, or its opposite.The greatest tragedies in this world come from people who are unhappy at heart. Unhappiness can create madness, and the dark act. That's why I'm taking the time to share my experiences, because there are tools you'll find at the end of this article. Whether it's a source of constructive or destructive action, injury is nonetheless a source of creativity. Like the billions of cells that inhabit our body tissues and the billions of molecules that populate the natural elements, there are perhaps just as many expressions of injury. Some people are able to channel their strengths, emotions and the full diversity of expressions into artistic forms such as writing, art, dance and music. This creativity can be a positive outlet and a means of dealing with emotions. Friedrich Nietzsche says in his book Thus Spoke Zarathustra: "You have to have chaos inside you to give birth to a dancing star. Pain is also a path that can lead to greatness".

Throughout my life, the wound has been active, and above all creative. Even though I've felt the effects of injury since I was very young, I wasn't aware of them. I was subject to forces that I thought were common to everyone. It was only recently that I discovered its power and its impact on the way I think and the choices I make in life. Before I knew it, the wound had taken me around the world, discovering so many cultures and landscapes other than those of France and Europe. Injury has enabled me to multiply my actions without limits of space or discipline, to value knowledge and to take an interest in others in all their depths, and above all to develop my artistic work. Injury can be an essential driving force in generating and nurturing new ideas and behaviours that can lead to constructive or destructive change, which is why it's so important for a company to identify these profiles.


Wounds in art


If, since the first world wars, many artists have been concerned with expressing the wound and giving it form, if in the 1960s Beuys invited spectators to share their wound, the question in the 21st century would be how to heal the wound? Or better still, the question would be: have you healed the wound? Indeed, for a little over a century now, art has been exploring the wound, considering its potential for expression, and the various applications of ideas born of exploration. A wise government, realizing the power of culture to anticipate new ways of being and behaving, could establish new systems and principles in conjunction with a partner that is complementary to it, in any case necessary, taking care of more subtle needs, when the primary responsibility of politics is to take into account security, the fulfillment of primary needs.

Some artists have made careers and even created movements around suffering.  It would take too long to list them all. In the course of the 20th century, artists such as Edvard Münch, de Kooning and even Pollock have contributed unique explorations that are just as multifaceted. Closer to us in time, in contemporary art, the Franco-Algerian artist Kader Attia has proposed numerous aesthetics linked to the wound of war, the wound of a conquered nation... Many of his works are rooted in the wound, revealing it and perhaps giving it a new perspective. Such is the case with the busts and sculptures of people whose faces are half destroyed or deformed. These expressions were on show at the Whitechapel Gallery in London around ten years ago.


Kader Attias's exhibition view at White Chapell Gallery in London in 2015

Kader Attia exhibition view


Injury has penetrated the visual arts since the First World War. The avant-gardes at the beginning of the 20th century positioned art as capable of creating a more ideal world than that of nascent industry. We're a long way from the Impressionists, at the start of modern art, who no longer wanted to use black in their palette to describe shadows. It's true that throughout this period, the dynamic and intention was purity, the desire to build a world on ideal principles, often in contradiction or dualism with the nascent industrial world. The First World War brought everyone back to order, and led artists to develop forms of expression of injury.  I'm thinking of artists like Baselitz, a German artist whose paintings give such expressive and poignant forms to human pain, which he mixes with the figure of the tree.



This is Georges Baselitz Painting, representing a man and tree in pieces

Georg Baselitz artwork


Returning to France, it was Louise Bourgeois who asserted "Art is a guarantee of mental health", reflecting her approach to art as a means of dealing with trauma and emotional difficulties. This artist was very open to sharing how her works were influenced by her personal experiences and emotional states. Her sculptures, installations and drawings often explore themes of loneliness, betrayal, desire and fear. In music, we could mention artists such as Stravinsky, but as my knowledge of other arts is limited, I'll leave it to you to share your thoughts and comments on the subject. If you know of any pieces or music that could feed into the article, please pass them on.


The wound in my art


For my part, the wound generated the will of much light, my perception wavered several times under the frequency emitted by the rifts of my heart, one day it shifted and it was then around 1996 , that the question was born, who are we outside of culture, of the very nomination?

The beginning of my artistic work consisted in depicting every emotional situation I encountered through the practice of meditation. Stages 1 to 3 consisted of exposing numerous emotional experiences, some of them traumatic. Then in stage 4, after answering my famous question about seminal identity, I developed a whole series on what causes emotion, exposing the different vibrations, from the most obscure to the most reasonable, via the more chaotic emotional ones.

View of the 2005 exhibition "Connexions" - center Roger Barat - series "Vibrations émotionelles" and "Création de matière".




Exhibition View by Laure Molina in 2005 at Cultural Center Roger Barat

Laure Molina exhibition view


With all his series of paintings, the aim was to give an external perspective to inner emotions. Art can be seen as liberation, as Hans Ulrich Obrist says: "Art is hope", it can be seen as an expression to give new meaning, so that we can finally move beyond the dualism rooted in consciousness, which if we don't pay attention, spreads and propagates, to forge the world we live in, until our elders end up alone, almost abandoned, in homes where they are reunited.  Looking back, can we say that it was dualism that prevented the avant-gardes from realizing their ideals? He wanted to create a new world, by opposing the one that was being born. Annihilation and contradiction are symptoms of Western culture, which acts largely by ignoring the wound and perhaps even deepening and provoking it, through all the wars provoked by the Western world. Although there have been conflicts since the dawn of time, since the 15th century it's mainly Europe and now the USA that decide on war. After the first stages, mentioned in my work, of which you have the visuals above, came the installation Quand l'ombre devient arc-en-ciel.

This piece symbolizes the alchemy of blackness towards a deeper dimension, represented here by the rainbow. With this seventh stage, the creative process comes to an end once the viewer realizes that the main work is his own projection, which is no longer obscure, but colored like a rainbow.


picture of two person into the space of rainbow shadow, which is Laure Molina's artwork created in 2010

 

The political wound


When we think about the wound, isn't it also an indirect consequence, or not, of the political sphere on our daily lives, and worse, the wound of war experienced by so many families. My father arrived alone on a boat at the age of 15, as a result of the Algerian war. This historical fact was the result of political decisions, domination and manipulation of a foreign territory appropriated as one's own, then political abandonment, after management that invited many French citizens to come and settle. Having a war wound, passed down through my generation, is not easy to live with, let alone understand.


indian ink on paper created by Laure Molina. It respresents a war tank

"O.M Culture Petit Gris"- 2020 - Indian ink drawing 42 cm x 63cm


Naturally, when you take a cannon shot from a member of what I call the Petit Gris Culture, you're not very proud, and the same goes for a member of your family. The bitterness builds up, and in other generations, the feeling subsides, but the wound remains, and when you're young, with no educational system in place to deal with the wound, you can find yourself quite helpless, especially as if the wound is a family one, passed down from generation to generation, it implies having a parent who is half-present, half-loving.



Laure Molina's drawing respresenting a man who is suffering

Laure Molina's drawing on paper - 42 x 29,7cm - 2022


We could go on and on about the injury, but what is certain is that there are many victims, many wounded, not to mention the cripples, loss of vision, loss of hope, and some in this void will choose the reptilian, and play it very well. How many people will survive the wounds of war, the wounds of the loss of loved ones due to uncontrollable political decisions at the citizen level? How many will choose to join extreme groups to give form to their pain? How many will decide to develop artistic forms? Do political leaders ask themselves this kind of question, when they make strategic decisions for a world order?


Wound healing in other cultures


Mayan and Aztec cultures, as well as the native cultures of Central America, all agree that anything that has to do with injury is identified as a primary force, represented by the shaman as a snake. Whether physical, emotional, negative, productive or constructive, the primary force, some shamans tell us, comes from a parallel dimension so deep that human beings cannot perceive it. This dimension would be filled with vibrations, waves, microscopic snakes if we consider this dimension from our physical and material dimension, perhaps gigantic snakes, if we change dimension and our consciousness leaves the human sphere, to penetrate the roots of what is natural and living. This is what Jeremy Narby argues in his book "The Cosmic Serpent", in which he links scientific knowledge of molecular biology with shamanic experiences and visions. This author is primarily an anthropologist, but his studies confirm the importance of the serpent, and he brilliantly links it to DNA, the seminal part of all our cells.

With meditation, it's easy to reach this dimension. Just take a look at the Meditation video you'll find on the site, in the Guides tab, and the suggested path. To continue talking about my artistic work would be too long, but it's full of principles that can be of interest to those who have approached the wound and wish to heal it. To return to the Amerindians, the primal force cannot be eradicated; it simply needs to be guided to evolve towards higher levels, where it will serve as fuel.

The primary force can enrich another, more subtle force, which the Mayans position in the cosmos. Here we come closer to the concept of the Feathered Serpent, a subject I've dealt with in several pieces, and for which I'm sharing a visual created in collaboration with Eric Wenger from the "bio" video you'll also find in the guides. The Feathered Serpent can be presented as the principal divinity of Central American cultures, taking the name of Kukulkan for the Mayas, Quetzacoalt for the Aztecs... From the Amerindian point of view and perspective, emotions are to be conveyed in a more subtle world. This is how Amerindian shamans practice, especially in Amazonia. If one day you have a healing session with a shaman, who is nothing more than a doctor, the healer will emit a small sound, like a whistle, to help the snake unwind and evolve towards a higher reality. Illness in this culture can come from an emotional shock, from a snake knot in another dimension. Western culture, with its strong roots in Christianity, has made the snake the origin of evil, the one that incited Eve to bite into the apple. This is another symptom of the dualism we mentioned earlier, and of contradiction too, if we refer to the symbols of pharmacies that take two intertwined snakes evolving upwards, here there may be a bridge to create with the Amerindian act of healing.

Whether we call it an emotional wound, a serpentine knot or a dragon, the reality of pain is complex, and its expression even more so, if we take into account the 8 billion of us and the multiplicity of actions it generates, often in pure unconsciousness. When we talk about injury, we're talking to almost everyone.

One of the keys is to breathe. As soon as you feel it, you should address the universe through the breath and ask for transformation and recalibration.  This is what we learn from Regan Hillyer, a great speaker and transformer who presents innovative meditation formulas. You'll find her contact details at the bottom of the page. Feeling the wound allows us to stop acting in its unconscious groove and, in a way, reinforce it. All you have to do is breathe, breathe in the most subtle way possible, and ask your cells to remove all traces of disturbing memories or harmful vibrations. As long as the wound was unconscious, it enabled me to be international, to be constantly learning and cultivating myself. Thanks to the wound, I've traveled two thousand places in the universe, only to return to Earth and anchor myself firmly in its heart. It's all about breathing, my dears. If you believe in the energy, you connect with it and make it your own. I've never really belonged to any community. I'm such a fighter, I even think I'm alien sometimes. Just kidding, can you imagine my green head with spotted horns?



this a picture from Instagram, whose profile is Mama Kerr


Thank you very much for reading my article. I'll finish by giving you the great remedies and tools that life offers us, to face everyday life, with unfortunately some people who will want to leave their mark on us, while some like the listing below will allow you to discover unsuspected facets of your identity, the elixir to your wound, the inner sun piercing the darkest areas that we haven't understood.

**

The best wound healers :


The best wound healers :

Amerindian cultures - unfortunately, you have to go to American countries such as Guatemala, Ecuador, Bolivia, Peru, and visit sites like Tikal, Tiuahanaco, Machu Picchu, Amazonia, etc., in order to learn more about these cultures.


Traduction française de l'article :

 

GUÉRIR LA BLESSURE


**


Cet article s’adresse à toutes les personnes qui ressentent en elles des forces particulières, une vitalité si importante qu’elles ne peuvent se conformer à la réalité proposée par la politique et ses institutions, jalonnée par les administrations. Ces personnes, dotées de passion, vision et perception souvent décalées, se penchent vers leurs rêves, leur monde intérieur, pour observer, comprendre et s’adapter. Le décalage avec la vision commune rend compliquée leur intégration dans la société. Ces individus devront canaliser leurs forces ou bien en subir les conséquences. J’ignore si cela est votre cas, mais souvent cette identité particulière peut vous faire vivre en marge de la société, sans que quiconque ne s'en rende compte. Il serait de la responsabilité politique d’une société d’identifier ce type de personnalité, comme étant une source potentielle d’évolution vers de nouveaux systèmes. Des idées pourraient émerger, auxquelles nul auparavant n’aurait pensé.

Les forces, qui habitent ce niveau de conscience, proviennent souvent d’une blessure profonde, lors d’évènements traumatisants vécus pendant l’enfance, d'origine familiale ou politique, transmise de génération en génération. Tels les rifts des océans, la faille que peuvent ressentir certaines personnes dans leur cœur, va générer des quantités d’énergie ! Elle va être révélatrice de comportements inattendus, qui peuvent paraître surprenants pour le citoyen commun qui ne remettra jamais en question le système social et politique qu’on lui propose. Dans cet article, nous allons présenter les effets de la blessure, comment elle s’exprime dans la société et l’art plus particulièrement. Cet article souhaite communiquer des pistes de réflexions, ainsi que partager des perspectives culturelles et politiques sur le sujet de la blessure, afin d'envisager des solutions. Il s'agit enfin de se demander si ces solutions sont réellement applicables et si elles peuvent mener à un développement pérenne.


L’expression de la blessure personnelle


C’est le grand artiste Joseph Beuys, qui introduisait souvent ses conversations en demandant à autrui de parler de sa blessure. L’usage du pronom personnel, qui accompagne la blessure, peut être ici remis en question. En effet, pourquoi s'approprier une blessure ? Plus je l’étudie et l’observe, plus la possibilité d’un caractère collectif me semble possible et m’interroge. Y aurait-il une blessure originelle, propre à l’espèce humaine ?

Cet article propose un survol de toutes les options de définitions possibles de ce que peut être une plaie émotionnelle ou psychologique, celle dont je parle est certainement familiale, comme un héritage. Connaît-on d’ailleurs des familles qui vivraient un paradis, où tout serait rose et sans tache ? La transmission de douleur se fait-elle par les liens du sang ? Est-elle de nature politique, comme l’expérience d’une guerre ? Ou bien simplement naturelle, comme l’océan qui cache dans ses profondeurs des failles profondes menant à l’obscurité et aux êtres qui s’y tapissent ? Cette recherche liée à la blessure peut causer de la douleur, du stress et des difficultés dans la vie quotidienne. Cependant, certaines personnes, en travaillant à surmonter ces blessures, pourront développer des traits et des compétences qui contribueront réellement à leur évolution personnelle. Cela amène à ce que l'on appelle couramment le développement personnel, à savoir travailler sur soi-même et surmonter des obstacles émotionnels. On peut ainsi développer une meilleure compréhension de soi, de ses besoins et de ses valeurs. Les personnes, qui font face à des défis et qui parviennent à se remettre de traumatismes, peuvent développer une résilience accrue face aux difficultés à venir. Les personnes ayant vécu des expériences difficiles vont souvent développer une compréhension plus profonde des émotions et comprendre les luttes des autres. Cela peut conduire à une plus grande empathie ou bien aussi engendrer son contraire. Les plus grands drames dans ce monde viennent de gens habités par la douleur, car le malheur peut créer la folie, voire l’acte irrémédiable. À la fin de cet article, vous trouverez des outils pour sortir de la blessure. Qu’elle soit source d’actions constructives ou destructrices, on ne peut retirer à la blessure le fait d'être une source créative. Comme les milliards de cellules qui habitent les tissus de notre corps, les milliards de molécules qui peuplent les éléments naturels, il existe peut-être tout autant d’expressions de la blessure. Certains individus arriveront à canaliser forces, émotions et toute la diversité des expressions au travers de formes d'expression artistique, telles que l'écriture, les arts plastiques, la danse ou la musique. Cette créativité peut être une sortie positive et un moyen de traiter les émotions. Friedrich Nietzsche affirme dans son livre Ainsi parlait Zarathoustra: « Il faut avoir un chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse. La douleur est aussi un chemin qui peut amener à la grandeur. » Pour bénéficier des effets de la blessure, il ne faut pas y échapper et encore moins établir des structures mentales rigides qui créeront une armure pour l'extérieur et empêcheront toute sensation et effets de la blessure. Là est le grand dommage, sur du moyen long terme, il y aura création de personnalité insensible, dure, parfois redoutable. Il faut comprendre que le cerveau fera tout pour échapper à la blessure, toute son action sera tournée à la calfeutrer. Là intervient l'action bénéfique de la méditation, communiquer avec soi-même, rassurer le cerveau : là où est la blessure, il n'y a rien à craindre. Il faut observer l'habitat de la douleur, s'y confronter est l'action la plus dure à effectuer dans ce monde. Le premier pas est le plus dur, le second est très dur, le troisième est libérateur et jouissif. La méditation Vipassana après observation vous invite à aimer. D'autres pratiques comme celle enseignée par Regan Hillyer, vous invite à recalibrer l'énergie de la douleur.

Toute ma vie, la blessure aura été active, créative surtout, puisque mon éducation familiale, surtout maternelle, ne m'a pas imposée beaucoup de structures. Étant fille d'immigré de guerre, la blessure est celle du cœur resté sur un territoire, pour échapper à la mort. Même si depuis très jeune, j’ai senti les effets de la blessure, je n’en avais pas conscience. Je subissais des forces que je pensais communes à tous. C’est récemment que j’ai découvert son pouvoir et son impact sur ma manière de réfléchir, mes choix dans la vie. Avant que je ne m’en rende compte, la blessure m’a fait faire le tour du monde, découvrir tellement de cultures et de paysages, autres que français et européens. La blessure m’a permis de multiplier les actions sans limite d’espace ou de disciplines, de valoriser la connaissance, de m’intéresser à l’autre dans sa profondeur et, surtout, de développer mon travail artistique. La blessure peut être un moteur essentiel pour générer et nourrir de nouvelles idées, de nouveaux comportements qui permettront une évolution constructive ou destructive, d’où l’importance pour une société d’identifier ces profils. Il faut dire que j'ai passé des journées entières à observer la blessure.


La blessure dans l’art contemporain


Depuis les premières guerres mondiales, de nombreux artistes se sont intéressés à exprimer la blessure et à lui donner des formes. Si dans les années soixante, Beuys invitait les spectateurs à partager leur blessure. La question au XXIème siècle serait : « Comment guérir la blessure ? ». Ou mieux encore : « As-tu guéri la blessure ? ». En effet, voilà un peu plus d’un siècle que l’art explore la blessure, envisage ses potentiels d’expressions et les différentes applications des idées naissantes de l’exploration. Un gouvernement avisé se rendrait compte du pouvoir de la culture à anticiper de nouveaux modes de comportement. Edgar Morin nous délivre une bonne définition de la culture quand il affirme : « La culture, c’est ce qui relie les savoirs et les féconde ». La culture est apte à établir de nouveaux systèmes et principes pour une société. Son rôle pourrait être de s'occuper des besoins subtils, face à la sphère politique qui, elle, accomplirait les besoins plus primaires. Il y a complémentarité mais combien s'en rendent compte ?

Certains artistes ont bâti une carrière et même créé des mouvements autour de la souffrance. Les citer tous serait trop long. Dans le courant du XXème siècle, des artistes comme Edvard Munch, Willem de Kooning, Jackson Pollock ont apporté des explorations tout autant uniques que multiples. Plus proche de nous dans le temps, en art contemporain, l’artiste franco-algérien Kader Attia a proposé de nombreuses pistes esthétiques en lien avec la blessure de la guerre, la blessure d’une nation conquise... Beaucoup de ses oeuvres prennent racines dans la blessure, pour la révéler et peut-être lui donner une nouvelle perspective. C’est le cas de ses bustes, ou sculptures de personnes, dont la moitié du visage est détruite, déformée. Ces expressions peuplaient l’exposition à la Whitechapel Gallery de Londres, il y a une dizaine d’années environ et plus récemment au Palais de Tokyo à Paris.

Vue de l'exposition de Kader Attia


 

La blessure a pénétré les arts plastiques et visuels à partir de la première guerre mondiale. Les avant-gardes, en début de XXème siècle, positionnaient l’art comme pouvant créer un monde plus idéal que celui de l’industrie naissante. On est bien loin des impressionnistes, au début de l’art moderne, qui ne voulaient plus mettre de noir dans leur palette pour décrire les ombres. Il est vrai que, durant toute cette période, la dynamique et l’intention étaient la pureté, la volonté de construction d’un monde sur des principes idéaux, souvent en contradiction ou en dualisme avec le monde industriel naissant. On prônait le changement, la création, tout en gardant le dualisme qui est et a toujours été, sans même s'en rendre compte. La première guerre mondiale a ramené tout le monde à l’ordre : elle a souligné ce qui régissait dans les coulisses, dirigé les artistes à développer des formes d’expression de la blessure et incité les professionnels de l'art à ne plus croire que l'art pouvait changer le monde. De ce fait, la force attribuée à la vision des artistes, a elle aussi diminué. Dans l'expression de la blessure, je pense à des artistes comme Georg Baselitz, artiste allemand, qui donne dans ses peintures des formes expressives et poignantes de la douleur humaine qu’il mélange avec la figure de l’arbre.

Pour revenir en France, Louise Bourgeois affirme : « L’art est une garantie de santé mentale », reflétant son approche de l’art comme un moyen de traiter les traumas et les difficultés émotionnelles. Cette artiste a été très ouverte à partager sur la manière dont ses oeuvres étaient influencées par ses expériences personnelles et ses états émotionnels. Ses sculptures, installations et dessins explorent souvent les thèmes de solitude, de trahison, de désir et de peur.

Dans la musique, on pourrait évoquer un artiste comme Stravinsky, reliant son art à une sorte de chaos émotionnel, où l'expression douloureuse serait reine. Ma connaissance des autres arts étant limitée, je vous laisse partager vos idées et commentaires sur le sujet, si vous connaissez des pièces et musiques qui pourraient nourrir l’article, merci de les faire suivre.

Les questions qui restent en suspens sont les suivantes : Où va une société qui n'aurait plus la vision, la foi en ses artistes qui la portent ? Est-ce qu'on n'est pas allé trop vite à discréditer le pouvoir de l'art à transformer le monde, à réduire le pouvoir de la vision des artistes ? Pourquoi passer du tout au rien ? Pourquoi ne pas approfondir et sûrement découvrir que les avant-gardes du XXème ont manqué de pédagogie ?


La blessure dans mon art


Pour ma part, la blessure a généré une grande volonté de me tourner vers la connaissance, la découverte et l'exploration. Ma perception a vacillé plusieurs fois sous la fréquence émise par les rifts de mon coeur. Un jour, elle s’est décalée : une expérience inoubliable, que j'ai pu identifier par l'apport d'autres cultures que celle occidentale. Malgré toute leur puissance, la culture et l'identité européennes n'explorent en aucun cas le potentiel humain, ces pistes, on les doit plus aux cultures de l'Asie. Suite à l'expérience de la vision décalée, aux alentours de 1996, est né le besoin de se cultiver et d'explorer la question : Qui sommes-nous en dehors de la culture, de la nomination-même ? Avec la nomination, il y a le langage porté par les institutions, conditionnant notre éducation, du plus jeune âge jusqu'au décès. Vous m'excuserez si mon défaut est précisément dans ces termes institutionnels qui ne suffisent pas à partager les expériences, et que j'expose sous forme de processus créatifs visuels.

Le début de mon travail artistique a consisté à dépeindre chaque situation émotionnelle, qu'elle soit passée ou présente, que je rencontrais via la pratique de la méditation. Garder l'équanimité, mettre en forme les mémoires sur un plan extérieur et en lâcher la structure interne. Les étapes 1 à 3 consistent en l’exposition de nombreuses expériences émotionnelles, de la plus sublime à la plus malheureuse. Cette pratique méditative s'est accompagnée d'études et d'apprentissage culturel, en lien avec mon séjour de 7 années en Amérique qui a répondu à ma question initiale autour de l'identité séminale.

C'est dans l’étape 4, que j’ai développé des séries de pièces, exposant sur ce qu'est l’émotion, ses différents états de vibration, de la plus obscure à la plus raisonnable, en passant par celles plus chaotiques.


Vue de l’exposition en 2005 « Connexions » - centre Roger Barat – série « Vibrations émotionnelles » et «Création de matière».


Toutes les peintures et pièces donnent une perspective externe à des émotions intérieures. L’art peut être perçu comme libération, c’est Hans Ulrich Obrist qui affirme que « L’art est un espoir ». Si la blessure est reine de l'expression dans les premières étapes de mon travail, à partir de la sixième et la septième, il y a une invitation à aller plus loin, à alchimiser le plus noir et l'approfondir, pour atteindre la longueur d'onde et le potentiel de création. C'est là où naît la lumière, l'établissement de l'arc-en-ciel et de ses différentes longueurs d'onde qui créent l'ensemble du spectre du visible, et où s'identifie notre réalité. C'est là où peut débuter la "Culture de l'irisation" et envisager une réelle guérison.

L'art peut être envisagé comme une expression pour donner un nouveau sens, qu’on puisse enfin aller au-delà du dualisme ancré dans les consciences, lequel, si on n’y prête pas attention, se répand et propage pour forger le monde dans lequel nous vivons, jusqu’à ce que nos anciens finissent seuls, presque abandonnés, dans des maisons où on les réunit. Est-ce l'argent le plus important ? Est-ce que seul notre individualisme doit survivre ? Avec le recul d'un siècle, peut-on affirmer que c’est le dualisme qui a empêché les avant-gardes de réaliser leurs idéaux ? Leur souhait le plus cher était de mettre en place un monde, en s’opposant à celui qui naissait. Est-ce que l'art ne devrait pas récupérer l'intention de pouvoir changer le monde, en élaborant une pédagogie pour sortir de cet esprit binaire avec lequel nous abordons une réalité tridimensionnelle, voire multidimensionnelle ? C'est cette piste que je propose de suivre: perpétuer l'esprit avant-gardiste en lui enlevant le dualisme, en explorant par exemple l'industrie et la finance, les comprendre pour en faire des supports et non pas des directions prioritaires ou obligations. Le temps n'est plus aux structures mentales rigides ancrées dans le passé, il faut développer la force intuitive, spontanée, qui nourrira la conscience et viendra élargir le champ perceptif. Pour cela la blessure doit être regardée, l'obscurité approfondie. Pour le moment grand nombre des consciences peuplant la terre survivent, s'encombrent, se tordent, se noient ou se ferment, c'est souvent l'option la meilleure, de ceux qui réussissent socialement. Quand la solution serait observe la blessure, ne lui accorde plus de projection, inverse le mouvement, diffracte les émotions, les sensations, trouve la vibration et respire les forces vitales.


La blessure politique


 Avec la culture occidentale, il semble que l'annihilation et la contradiction soient des symptômes incontournables. On ignore la blessure, tout en la projetant, on la perpétue, en la multipliant par les guerres, ou simplement en développant un comportement plein de mépris et de jugement. Quand on observe les coutumes et approfondit la connaissance des pays européens, on trouve l'attachement aux titres, à la structure, et surtout au passé. Il n'y a qu'en Europe ou les structures mentales sont si rigides. Que ce soit dans la science, l'art, la culture et sûrement plus en politique, les structures mentales bloquent les nouvelles découvertes, obstruent l'évolution. Qu'y a t'il derrière ces structures ? Je suppose la même blessure qui habite celui qui l'explore et bénéficie de son potentiel. Ces personnes n'auront pas assez de courage pour s'y confronter, sûrement à l'époque de leur enfance ou bien adulte, le choix ce sera porté à ne pas remettre en question, d'accepter la structure mentale d'une famille soi disant importante, porter le fardeau de sa noblesse passée, voici l'ancienne aristocratie toujours présente en Europe, habitée de mémoires et coutumes du passé, se fermant et méprisant tous les autres, du fait d'une éducation tournée non pas vers le potentiel présent et futur, ancrée dans un passé révolu. La vie elle évolue, le monde change, les structures mentales restent en place. Même si les conflits existent depuis la nuit des temps, c’est principalement l’Europe et maintenant les États-Unis qui décident d’une guerre depuis plusieurs siècles. Quand on réfléchit à la blessure, n’est-elle pas une conséquence directe des choix de la sphère politique sur notre quotidien ? Certes, beaucoup d'actions sont louables : la politique permet le maintien de l'ordre dans une collectivité, elle permet sa survie par la construction et l'habitation. Néanmoins, le choix d'une guerre vient des hauteurs du gouvernement et touche des pans de la population qui le rémunère. Les dégâts d'une guerre sont irrémédiables et personne ne devrait pouvoir les accepter ou en donner la direction. Notre science et notre connaissance devraient avoir pour but de remédier et solutionner, et non pas d’anéantir ou dominer. Les pans de la population touchée ne sont en rien responsables de ces choix. Je suis moi-même fille d’immigré de guerre, mon père est arrivé seul sur un bateau à l’âge de 15 ans, du fait de la guerre d’Algérie. Sur ce fait historique, il y a eu des décisions politiques de domination et de manipulation sur un territoire étranger. La conquête est une appropriation, une domination, une prédation, qui se soldent souvent par un abandon et des blessures par milliers. Comment faire confiance à la sphère politique suite à ces actes ? Comment les écouter et les suivre ? C'est ainsi que va l'histoire du monde, avec des membres de la population qui développeront des attitudes et des comportements opposés à ce que lui transmettra la sphère politique.

« O.M Culture Petit Gris »- 2020 – dessin encre de chine 42 cm x 63 cm


Forcément, quand on se prend un coup de canon d’un membre de ce que j’appelle la Culture Petit gris, on n’est pas très fier, et il en va de même pour un membre de notre famille. Les aigreurs montent et, sur d’autres générations, le ressentiment s’aplanit mais la blessure reste présente et, quand on est jeune, aucun système d’éducation en place ne nous permet de gérer la blessure. On peut se trouver fort démuni, d’autant plus que si la blessure est familiale, transmise de génération en génération, cela implique d’avoir un parent à moitié présent, à moitié aimant.

On pourrait s’épancher de multiples manières sur la blessure. Ce qui est certain, c’est que les victimes sont multiples, les blessés nombreux, sans compter les estropiés, les pertes de vision, les pertes d’espoir. Certains dans ce néant choisiront le reptilien, et en joueront très bien. Combien de personnes survivront aux blessures de la guerre, aux blessures de la perte de proches du fait de décisions politiques incontrôlables au niveau du citoyen ? Combien choisiront de rejoindre des groupes extrêmes extrémistes pour donner une forme à leur douleur ? Combien décideront de développer des formes artistiques ? Est-ce que les dirigeants politiques se posent ce type de question, quand ils prennent des décisions stratégiques pour un ordre mondial ?

Il faudrait que les familles les plus anciennes, celles qui s'accordent encore des positionnements royaux ou nobles, puissent lâcher prise sur leurs structures mentales et émotionnelles et ne craignent plus d'observer elles-mêmes la blessure. Il est temps d'arrêter d'obscurcir d'être partisan de l'obscurantisme, tout en culpabilisant l'autre de l'être à sa place. Il était important d'exprimer et de conclure, la blessure politique par ce doux rêve, cette utopie, qui serait néanmoins nécessaire de réaliser.


Guérison de la blessure dans d’autres cultures


La culture Maya ainsi que la culture Aztèque, en somme presque toutes les cultures natives d’Amérique Centrale s’accordent à dire, que tout ce qui de l’ordre de la blessure est identifié comme force primaire incontournable, représentée par le chaman comme un serpent. Qu’elle soit d’ordre physique ou émotionnel, négative, productive ou constructive, la force primaire, nous disent certains chamans, vient d’une dimension parallèle et l’être humain ne peut la percevoir. Cette dimension serait remplie de vibrations, d’ondes, que les "médecins amérindiens" traduisent comme des serpents microscopiques. Les chamans sont des humains dont l'esprit est si aiguisé qu'ils sont capables de procéder à des changements de dimensions et d'échelles, pour faire pénétrer leur conscience et leur connaissance dans les racines de ce qui est naturel et vivant. C’est ce qu’avance Jeremy Narby dans son livre Le serpent Cosmique : il y met en relation le savoir scientifique en biologie moléculaire avec les expériences et visions chamaniques. Cet auteur est avant tout anthropologue mais ses études confirment l’importance du serpent, qu'il met brillamment en relation avec l’ADN, partie séminale de toutes nos cellules. On peut lire à la page 96 de son livre : « À l'intérieur du noyau, l'ADN se met en boucles et se déroule, il gigote et il ondule. Souvent, les spécialistes comparent la forme et les mouvements de cette longue molécule à ceux d'un serpent ». Le biologiste moléculaire Christopher Wills écrit aussi : « Les deux chaînes d'ADN ressemblent à deux serpents enroulés autour d'eux-mêmes dans une sorte de rituel amoureux. En résumé, l'ADN est un maître de la transformation en la forme serpentine, qui vit dans l'eau et qui est à la fois très long et minuscule, simple et double. Tout comme le serpent cosmique. » L'auteur illustre ses propos par l'édition de plusieurs visuels de sources scientifiques, mélangés à des symboles de cultures chamaniques du monde entier, représentant des serpents doubles. On retrouve des symboles en résonnance en Égypte, en Amérique et en Mésopotamie. Mircea Eliade a bien répertorié les différentes pratiques chamaniques des cinq continents. Pour lui, le chamanisme est l'ensemble des techniques permettant de négocier le passage, d'atteindre l'axe. À force de méditation, il est facile d’atteindre cette dimension, il n’est qu’à voir la vidéo Méditation dont voici le lien : https://youtu.be/QHRxVFmkamo. Mes recherches artistiques regorgent de principes qui peuvent intéresser celui qui a approché la blessure et souhaite la guérir.

Pour en revenir aux Amérindiens, la force primaire ne peut être éradiquée, il suffit de la guider à évoluer vers des niveaux supérieurs, où elle servira de carburant. La force primaire peut enrichir une autre force plus subtile, que les Mayas positionnent dans le cosmos. Ici, on s’approche du concept du Serpent à plumes, un sujet que j’ai traité dans plusieurs pièces et dont je vous livre un visuel créé en collaboration avec Éric Wenger, sorti de la vidéo « bio » que vous trouverez aussi dans les guides.

Le Serpent à plumes peut être présenté comme la divinité principale des cultures d’Amérique Centrale. Il prend le nom de Kukulkan pour les Mayas, de Quetzalcoatl pour les Aztèques… D’après la religion amérindienne, les émotions servent à se déplacer dans un monde plus subtil. C’est ainsi que pratique le chaman amérindien, surtout en Amazonie. Si un jour vous avez une séance de guérison avec un chaman, qui n’est rien d’autre qu’un docteur, le guérisseur émettra un petit son comme un sifflement, afin d’accompagner le serpent à se dénouer et à évoluer vers une réalité supérieure. La maladie dans cette culture peut venir d’un choc émotionnel, symbolisé comme un noeud de serpents dans une autre dimension. La culture occidentale, qui prend beaucoup ses racines dans le christianisme, a fait du serpent l’origine du mal, celui qui incite Ève à croquer dans la pomme. Encore un symptôme du dualisme qu’on évoquait plus haut et de la contradiction aussi, si on se réfère aux symboles des pharmacies qui prennent deux serpents entrelacés évoluant vers le haut. Ici, il y a peut-être une passerelle à créer avec l’acte de guérison amérindien.


**


Pour conclure sur la blessure


Que l’on appelle la blessure émotionnelle nœud serpentin ou dragon, la réalité de la douleur est complexe. Son expression l’est encore plus, si l’on prend en compte les 8 milliards que nous sommes et la multiplicité d’actions que nous générons, souvent en pure inconscience. Quand on parle de blessure, on s’adresse à presque toute la population. Une des clés serait de respirer, dès qu’on la ressent. Il faudrait s’adresser à l’univers au travers de la respiration et demander la transformation, le recalibrage. C’est ce que nous apprend Regan Hillyer, grande oratrice et transformatrice qui présente des formules de méditation innovantes. Vous trouverez le lien de son contact en bas de page. Sentir la blessure permet de ne plus agir dans son sillon inconscient et, d’une certaine manière, de la renforcer. Il faut simplement inspirer en demandant à ses cellules d’enlever toute trace de mémoires perturbantes ou de vibrations néfastes, puis les expirer, ensuite nouvelle inspiration, et cette fois-ci vous envoyez de l'amour dans la zone initiale, vous vous sentirez beaucoup mieux. La blessure, tant qu’elle était inconsciente, m’a permis d’être internationale, d’être toujours en apprentissage et de me cultiver. Grâce à la blessure, j’ai voyagé à deux mille lieux dans l’univers, pour revenir sur Terre et bien m’ancrer dans son coeur maintenant. Tout se fait par la respiration. Si on croit à l’énergie, on s’y connecte et on la fait sienne. À aucun moment, la blessure ne m’a permis de me stabiliser au sens propre du terme. Je n’ai jamais réellement appartenu à aucune communauté, je suis tellement mixte dans mes racines, et parfois je me demande même si tout ce que je sens est réellement terrestre. C’est pour rire, vous m’imaginez la tête verte avec des cornes tachetées ? lol.


Je finis en vous donnant les grands remèdes et outils que nous propose la vie pour affronter le quotidien, avec malheureusement des personnes qui souhaiteront vous laisser des traces, alors que certaines comme dans la liste ci-dessous vous permettront de découvrir des facettes insoupçonnées de votre identité, l’élixir pour guérir votre blessure, le soleil intérieur perçant les zones les plus obscures que nous n’avons pas comprises.


**

Quelques outils pour guérir la blessure :

Regan Hillyer : https://reganhillyer.com/

Cultures amérindiennes –  le fabuleux livre d'Hunbatz Men "Religion et Science Maya" sinon il faut aller dans les pays d’Amérique, tels que le Guatemala, l’Equateur, la Bolivie, le Pérou, visiter des sites comme Tikal, Tiuahanaco, Machu Picchu, Amazonie etc.

 

 



106 views0 comments

Comments


bottom of page