top of page
Search
  • Laure Molina

Culture

Updated: Jun 20

The aim of this first article is to highlight the importance of culture to the evolution of life on the planet. It is an indispensable sphere, and should undoubtedly be positioned alongside politics, which is considered to be just as important, given their complementary nature. Culture is what forges human identity and positions us in relation to other living species on Earth. From the very depths of my artistic work, I dream that this identity can find and be integrated into a common basis for connection with living things, be they plant, animal, human or mineral. My wish would not be to approach a concept of unity, but rather to find a balance, an awareness, a development of sensitivity. This article proposes a review of world cultures - the basis of my research - and an artistic positioning, to accompany those who are not content with a title and a social position, and for those who wish to see a constructive and balanced evolution for living beings on Earth.

Culture can be approached from many different angles, often depending on the context in which it exists. Generally speaking, it comprises all the knowledge, beliefs, practices, values, norms, habits and behaviors shared by a group of people. It includes thoughts and ideas about the world, science, religion, philosophy and so on. Religious, spiritual and philosophical beliefs are also important components of culture. Values represent the fundamental principles that a group or nation considers important, while norms define acceptable behavior within society. These elements guide social interactions and individual behavior. For me - and perhaps you'll tell me what culture is for you - it's the place of the heart, as much the seat of reason as of the emotions linked to everything we love, whether in artistic or social form. Because of its richness and multiplicity, culture is a complex sphere, difficult to approach from a single point of view.


As I see it, culture is a sphere that complements politics. Taking care of protection, security and primary needs belongs to the political sphere, and alongside it, we need a sphere to take care of the management of subtle needs, which could be described as superior to the previous ones, due to the level of consciousness we need to reach to access them. Culture nurtures these higher levels, such as the need for harmony and esteem. Realization as a human being could be another area of investigation. These needs should not be utopian or new age positioning. If we take Maslow's pyramid as an example, couldn't we imagine an approach that reverses the priority of needs? Traditional positioning focuses on primary needs: human beings need to feel secure, be able to feed themselves and reproduce. Many people think that culture comes after these needs. You need to have already achieved a financial base to access subtle needs. My method from adulthood onwards has been to invert the pyramid of needs and start at the top. My primary aim has been to realize myself as a human being, and today I'm sharing my artwork as an "instruction manual" for Europe, so that we can reverse our values and no longer give priority to security, which is often linked to a feeling of fear, but rather to realizing ourselves as human beings. I think it's high time we imagined that culture could host a peaceful identity, helping to build a nation that respects the living in all its forms; in any case, the ecological and climatic situation suggests that it's time to move in this direction. Of course, there are organizations like UNESCO, but they are based on traditional politics. There are also numerous associations, all rooted in existing social and political norms. What's needed is a revolutionary organization whose primary objective is to set up methods to change consciousness, not by providing information, but by transmitting methods to increase sensitivity and intuition, so as to reorganize everything on the basis of vital principles. Could we imagine a pilot, an instruction manual, a positioning that explores the possibilities of being human on Earth, no longer from a purely economic and political angle, but in a mode of realization as an Earthly being? The expression is identified with Bruno Latour's reflections, to which we should give continuity reflect on the ontological conditions of being terrestrial. The work I created during the first confinement, "Statement de la culture terrienne", was a first step towards what I now call the Culture of Iridescence, the subject of the next article. In it, I translated into vortex language all the suggestions and information I had learned during my seven-year stay in America. The vortex language represents stage 9 of my artistic work.



"Statement culture Terrienne" - collage on administrative board - 180 cm x 60 cm - 2020

The viewer is invited to translate these writings, which translate into vortex language all the cultural advice and suggestions that seemed to me to be an accompanying aid to the Covid pandemic.



"Spirale Codex" - Collage third writing system - 2022 - inspired by Malachim writings - step 9 in progress since 2016



"Perspective - Dualism on the way to depth" - collage on blackboard - 2022 -

Third writing system inspired by Malachim writings


To return to the subject of this article, I hope to be able to introduce you to all the richness (apart from the material) offered by culture, which nurtures all facets of human identity, enabling the sometimes playful exploration of all that passes in the world, in disciplines, and in ourselves. My artistic path has led me to live in eight different cultures. This article therefore offers an overview and synthesis of my experiences in these different cultures.


Western cultures, a materially strong and rich cradle


Western culture is the cradle into which I was born. It has provided me with a fairly substantial material base, compared to societies wHohich where colonized by the West. However, my memories have taken me elsewhere, and seem to harbor principles that do not belong in any way to so-called Western culture. Perhaps you'll sense my lack of neutrality when I speak of Western culture, which has its roots mainly in Europe. Its values, traditions, beliefs, practices and institutions have spread widely to North America, Australia and other parts of the world through colonization, immigration and globalization.

Let's focus on France, whose culture, in a nutshell, gives pride of place to science, observation and experience. Reason is its guiding light, and will give rise to all the objects and structures of our society, based primarily on a material and physical level. The spiritual level and its values have been reduced to the lowest level, due to the decline of religion and the advent of secularism. Nevertheless, laïcité carries important values of equality, balance and peace. French culture rarely makes assumptions it can't prove. Anything other than this can be frightening, repulsive and irrational. Yet less than four centuries ago, nearly everyone believed in the existence of a god, in the image of man at the center of everything, and that the Earth was flat. If we dwell on the history of Europe, inhabited by the Christian religion, can we escape the contradictions, the dualism that appears in so many examples throughout history? How many people's consciences, especially in France, are still anchored in bygone principles? How many consciences would wish for the return of a king? I've heard on several occasions that there are 4,000 noble families in France, and between 50,000 and 100,000 people in favor of the return of a king and certain privileges. How much influence do these people have in today's politics? What are their cultural activities? Can we move forward in this way? Can we access the new awareness and sensitivity needed for the passage we're living through with a mindset rooted in the past? Or are we going forward with a mindset that creates disparities, all the more so because of titles and property deeds dating back to the early Middle Ages ?

In France, culture is generally managed by the political sphere, and even if there are numerous private structures, the richest of which are the Louis Vuitton Foundation and Pinault's Bourse du Commerce, other private structures will survive with great difficulty without the support of public funds. When we talk about cultural projects, we often talk about lost funds. The government collects budgets and finances from all citizens living in society, then distributes them to other disciplines, including culture, which often receives the last share.

Culture, I repeat, is a social sphere that I consider as essential as politics, government and economics... Unfortunately, the West doesn't strike this balance and more often than not values economics and politics at the expense of culture. The great tragedy, from my point of view, occurs when culture populates itself with numerous intermediary positions and relegates producers and artists to an inferior position. The number of intermediary figures in art has multiplied, whose aim is primarily economic and political. Ideas are being lost, and the market is growing even within the sphere whose leaders have failed to maintain integrity, curiosity and openness, to the benefit of the spheres of power in place, sometimes since the Middle Ages, acting in closed and obscure circles. The supreme contradiction is that the people in these circles think they are "enlightened". As the daughter of wartime immigrants, I don't have access to these spheres, many which are nevertheless easy to observe. The important question is, do these spheres have a stranglehold on public budgets? Is republican law respected? I don't have the answers to these questions. If you read this article and know more, please share.

Culture, for all its importance, was not considered essential during the Covid pandemic. The main cultural venues in France were closed for several months, and I believe that many countries around the world followed this example. Admittedly, there was a health crisis and an epidemic emergency, but the Covid crisis clearly showed that for the government, culture was a sub-system to be managed. Culture receives the budgets and triggers a succession of events and positions that led to the closure of cultural venues during Covid, exposing the lack of consideration some governments have for it. Not surprisingly, Europe has yet to develop a strong cultural identity with autonomy from politics and economics. For the moment, its development depends on political and administrative structures, and is confined mainly to a subsystem to be financed and managed.

In France, there has been a succession of Ministers of Culture, often with very little expertise in the field they are supposed to manage. In the United States, there is no Ministry of Culture in the sense traditionally understood in many other countries. However, there is a federal agency called the National Endowment for the Arts (NEA), which supports and funds artistic and cultural activities. In addition, there is also the National Endowment for the Humanities (NEH), which supports research, education and cultural projects in the fields of history, literature, philosophy and other humanities-related disciplines. Although these organizations play an important role in promoting culture in the United States, they don't exactly function like a Ministry of Culture. In fact, it seems that culture is often linked to private funding. The point here is not to go into the institutional structures that make up culture, but only to outline the characteristics of Western culture, and management is an important part of this. Despite the predominance of politics and economics in the Western world, it's worth noting that these countries see the birth of excellent thinkers, artists, authors, producers - fascinating people who take advantage of this materially strong cradle to generate and elaborate very interesting and rich works and positions that enhance human identity. It's a shame that these cultural players are not more in the driving seat in Western societies. It's a pity that too many ideas and theories are not put forward.

Finally, I'd like to point out that Western culture today is inherently multicultural, and therefore very complex to define in terms of absolute truths. It's hard to give a lot of details without writing an entire book on Western culture. As a result of past conquests, European countries have become major hosts, with both positive and negative aspects that are reflected in their international management and characterize the times we live in, which could be described as a neocolonial rather than a post-colonial period. That's a subject for another time.

To return to the cultural multiplicity to be found in France, I experienced these different identities during my childhood and adolescence, living in the Île-de-France region and the inner suburbs of Paris. I'm sure it was observing the richness of this mix that forged my desire to learn more, to cultivate myself and to open up to the world.


Cultures of Asia


It was an experience of perception that I'd describe as offbeat, which got me interested in world cultures. At the age of 20, I was encountering a world of energy that nobody had told me about. So I naturally turned to Asian cultures: I discovered Hinduism, and its concept of the third eye.

Many people in Europe justify dualism on the simple grounds that human beings are by nature binary: they have two arms, two legs, two brains and so on. Through Hinduism, I discovered a culture that finally adds a ternary element! Does the Hindu third eye enable us to perceive depth? The reality we live in is said to be three-dimensional, but do we really perceive this third dimension? We have an idea of it, but do we really experience it? We live in a three-dimensional, even multi-dimensional reality, as quantum physics suggests. The third eye would enable us to see the energy that makes up space, always present, but invisible to all those who practice domination and dualism. Discovering this, I wondered what prevented this third eye from working all the time, and from being integrated into Western education or culture. The guides then presented themselves on my path, pointing to meditation, a generally Buddhist practice, even if there are other origins. It was at the age of 20 that I began the practice of Vipassana meditation, and I haven't stopped to this day, even if the form of meditation has evolved over time. A more detailed article on the subject will follow.

In sum, meditation is a way of looking at what makes us up, a tool for getting closer to the dimension of the living, in its most microscopic form. What I call living are all the movements, transformations and adaptations of a microscopic world that will elaborate living physical forms for our perception. In this respect, my objective as an adult has been to develop my perception, so that it is no longer automatic, but conscious, thorough and refined, so as to perceive both the subtle and the coarse materials that coexist with the society in which we live and know. The living is also reflected on a larger scale, to celebrate the Earth, the planets and the solar system that makes life possible. Living things encompass all the dimensions of scales in constant transformation and evolution, whether they be a wandering, an intentional, programmed or codified direction... I'm not sure there are many differences, apart from scale, between a solar or galactic system and an atomic system. Granted, it's certainly a vague intuition, which will remain a hypothesis and which the Western mind will happily transform into a far-fetched idea. It's just another artistic fabrication, but I assume it and enjoy this change of dimension, which I've been practicing with my breathing thanks to twenty years of meditation. The Earth transforms itself into a cell, and I connect to its heart, and suddenly, through the mediation of the tree that's frozen between heaven and earth, my consciousness takes the elevator of universal DNA to find myself connected to the heart of the universe. And every time I do, I think of all those people who suffer, dominate and manipulate, and I say to myself: why make these choices, when DNA exists and we can connect our consciousness to it? After years, it seems to me that consciousness is particularly linked to sex, reproduction or the ego (which could be placed in the navel area). So energy accumulates in the lower body zones, the perineum muscle sags, right down to the often unhappy state of the elderly, especially in Western cultures, where they are often cut off from the presence of other generations.

My experiences of perception, out of step with the European way, prompted my decision to leave Europe at the age of 21 and delve deeper into the whole energy field I'd just discovered. Apart from our physicists, our Western education teaches us nothing about this microscopic dimension, which is nonetheless the basis of our identity. So, naturally, I thought of going to India, but the meeting of a Peruvian child changed my mind. Indeed, if Asia had a lot to offer in terms of perception and energy, what did Amerindian cultures have to tell us? Before turning to Native American cultures, I'd like to share another important element of Hinduism that every woman should learn: the double feminine principle. Today, discovering this principle between Kali and Shakti is part of the cultural patchwork I've integrated. I invite you to read the Bhagavad-Gita.


Native American cultures


Once I'd decided to leave Europe, I began researching the areas where indigenous people were most present. I remember identifying Ecuador and Guatemala. I needed a third point, to create a geographical triangle, with the dual aim of understanding native cultures, and exploring the question: who are we outside of culture and nomination?


Ecuador and Bolivia / Achuar, Quechua and Tiahuanaco cultures


As for my exploration in Ecuador, where I mainly discovered Quechua culture and a quick exploration of the Achuar, I'll confess that this one-year stay was an adaptation of a typical Westerner ! I never sought out the shamanic journeys of the Ayahuasqueros, so popular with Europeans. Meditation was enough for me and seemed gentler; it always served to tidy up my cupboard, which this great forest was happy to knock over. In the Amazon, everything is of a prominent size, there are no human dimensions here and the night resounds with a cacophony of sound from all the animals and insects that inhabit it.

After a few months in South America, I realized my great dream of the time: to see the remains of the Tiahuanaco civilization! I dreamed of the Door of the Sun and Moon, of understanding the mystery that a book had revealed to me. What I can say about Amerindian cultures is that there's always an element of mystery that allows the imagination to wander and develop different hypotheses. Faced with the Sun Gate surrounded by barbed wire fixed by the Bolivian army, I imagined a time gate capable of transporting us to other dimensions of space-time. Did the Tiahuanaco inhabitants have access to what I call "decellularization" or teleportation ? I was 21 years old, I had read the questioning of many archaeologists, on how the citizens of this civilization were able to transport stones weighing over a ton without the invention of the wheel. It should be pointed out that the stones came from the coast, rising to an altitude of over 4,000 meters. I made several paintings and drawings of the effigy of the Sun Gate, which evoked the awakened human being, summoning to himself the Earthly force symbolized by the head of the jaguar and the celestial force via the head of the condor.



Visual Sun Gate / Bolivia / Tiwanaku archaeological site


Amerindian cultures taught me to integrate space and communicate with Earth forces. I also learned to consciously relate to the four directions and to integrate and activate them in my meditation.


Taïna culture / The island of Santo Domingo


On the island of Santo Domingo, where I began my shamanic apprenticeship around water, I discovered the Taïnos, who are also interested in the sun and moon. To sum up what I've learned, Amerindian cultures personify every natural element. The humans of these cultures do not divide themselves from the natural elements as we do. There are no longer any Taino descendants, although a few multi-racial people from African and European families living there refer to these origins. The Tainos were all decimated during the violent conquests and, above all, due to the diseases carried by the Europeans to which they had no immunity. Many pieces of pottery can be found if you look hard enough. So it was intuitively that I approached this culture, drawing their sculptures and pottery represented by craftsmen for tourists. Apart from saying that the Taïnos lived in harmony with nature and communicated with the natural elements as in America, I wouldn't know what else to say. It's also interesting to experience the current cultures that make up the Caribbean. No one has any real roots in these territories, which creates a dynamic that's as fluid as it is explosive, sometimes linked to the force of the sun and the impact of water on small territories of land, such as the Samaná peninsula.


Cultures of Guatemala


The geographical triangle I began in 1998 culminated in a three-year stay in Guatemala between 2001 and 2004. I rubbed shoulders with different communities such as the Tz'utujil, the Kaqchikel and the Quichés! There are over twenty indigenous languages, officially recognized by the Guatemalan Academy of Mayan Languages. There are many more if you count all the existing variables. From memory, when I lived there, I heard that some sixty languages were spoken.

Rarely have I seen such beautiful family values as in Guatemala: the elderly have light in their eyes, integrated into their families, with the esteem of all generations! All these communities are descended from the Mayan culture, whose main cities had already been abandoned by the time the Spaniards arrived. Here too, Guatemala is shrouded in mystery, leaving plenty of scope for the imagination!

Each community has its own woven clothing. You can recognize them by their colors and patterns, and it's mainly the women who respect the tradition of wearing their "traje tipico"...

In Guatemala, I learned what I call reverse thinking or, to put it more accurately, reciprocal thinking. There's an increasingly well-known expression, "In lak' ech" literally "I am you, you are me". In the Mayan language, author Hunbatz Men teaches us that there is no personal pronoun to define the other, as the self cannot be divided from its environment. We learn from his book "Religion and Mayan Science" that the Mayans had built a society in which the spheres of politics, science, art, philosophy and religion were on the same level and moving in the same direction, each discipline being a facet of the same diamond. This is the perspective I would like to see for our society. As for the expression "In lak ech", I've adopted it too, making the spectator's presence the work itself, particularly in stages 6, 7 and 8.

It was also in Guatemala that I had the fabulous experience of communicating with the universe. Imagine seeing an entire country, a good percentage of its inhabitants turning to the universe to ask for the transmission of the new consciousness. The most appropriate term would be "decellularization" and "recellularization", two concepts linked to brain activity that is more efficient than it is at present. To my knowledge, only Luc Besson's film "Lucy" brings these two concepts to life. Scarlett Johansson plays the role of a young woman whose brain capacity is enhanced, and who finds herself in an airplane where her body decomposes into a cloud of cells and returns to normal. In the film, the actress describes this experience under the influence of powerful drugs. My revelation is that a similar experience can be approached, due to the force of intention, especially if several humans unite to emit common intentions. In all cases, the natives consider the vital forces, the universe, as if they were addressing another human entity that could understand them. You can't imagine the number of examples of this communication that Amerindians have with the natural elements, or should we say communion. Sometimes they mix these Mayan practices with elements of the Christian religion, resulting in some strange crossovers. In the weeks following this "decellularization" experience, I even considered the possibility of telepathy and teleportation. But if this were the case, we can well imagine the reaction of industry, which would be to block all research, and rigid European mental structures, to bury any idea of this type or any possible patent. Indeed, these hypotheses would render all mechanical vehicles obsolete, and a whole sector of the economy would collapse. Despite all their guilt-tripping about ecology and the environment, European and American companies will never allow such a development. And yet, human beings have potential, and it's a pity that no one is prepared to explore it. My artistic work is to suggest that we imagine this choice, that we become the creators of our reality, rather than abdicating without questioning.

Human beings have potential, and it's a pity that nobody is prepared to explore it. European mental structures are currently incapable of contemplating such concepts. And yet, human potential, and that of living beings in general, is only waiting for our awareness and will to evolve. After several years of Amerindian sojourns, I have integrated this communication with the natural elements. To put it more scientifically, it would be better to say that all living beings are the result of electromagnetic forces, capable of transmitting and receiving. Intention becomes more important than the very use of formulated verbal language. We need to open up our mental structures to be able to receive and perceive them.


It was loaded with this cultural patchwork that I decided to return to Europe, to share my learning. That was in 2004 !


Aboriginal cultures


After a few years in Europe, I decided to move to Australia and experience Aboriginal memories in order to understand this ancestral culture and complete my multicultural patchwork. I had very little physical contact with them, but breathed, meditated and worked on their land. In many ways, their culture is similar to that of the Amerindians, particularly in terms of what the aborigines call the "Rainbow Snake", which could correspond to the "Quetzalcóatl" of the Aztec culture, named "Kukulkan" in the Mayan culture. All these cultures together evoke a snake at the origin of all life, creator of all things on Earth. The snake is a symbol of fertility and reproduction, linked to the four elements, and is said to have created everything on Earth. The common mind imagines the snake as crawling in our countryside or in equatorial forests. For ancestral cultures, the snake is positioned in a dimension other than the physical.

Anthropologist Jeremy Narby talks about this very well in his book "The Cosmic Serpent", where he identifies the snake as DNA. In my many meditations, I've also come close to what might be described as a snake. As you can see in the meditation video https://www.lauremolina.com/Site-anglais/Laure_Molina_Guides.htm, my body sometimes revulses, letting out a large wave, which could be perceived as an invisible snake. What's complicated for a Western mind is identifying whether we're talking about a real snake, spermatozoa, or an invisible or physical snake in the cosmos. Jeremy Narby brings all these scales together, but he doesn't give us the key because, as an anthropologist, he delivers information based on his cross-checks and observations, which he doesn't seem to understand himself, like many of his scientific colleagues. The aborigines, on the other hand, are constantly changing dimension. This is what Westerners call "dream time". I will never use this term, as it is inappropriate and distorts the sense of multidimensionality in which Aboriginal and Amerindian cultures are rooted. Some people from these cultures (of course, the most evolved and strongest, as many have fallen into depression or alcohol problems /ref: healing the wound) live in awareness that their physical body is an organization of microscopic worlds. This awareness will enable them to communicate with macroscopic dimensions. It's worth noting that the root of the word "communication" is to be found here. The word "communication" comes from the Latin communicare, meaning "to share", "to make common". However, if we go back even further to Greek influences, we can examine the root κοινός (koinos) meaning "common", "general". This root also gave rise to a term like κοινωνία (koinonia), which means "communion", "association", and has conceptual links with the idea of sharing or participating together, which is central to the notion of communication. Ancestral aboriginal culture does not divide the human spirit from the cosmos or from the cellular structure that populates all that exists. The term "dream time" refers to a reality that does not exist. In the case of aboriginal culture, this is not an appropriate term, since it refers to a great whole, both physical and biological. Meditation has introduced me to all these dimensions, from the most minute to the most cosmic, via the visible and the physical. When I feel a vibration, it's microscopic,

but when my consciousness becomes aware of it and breathes it in, it becomes cosmic and its power straddles my body. The visual below shows just how small the visible spectrum is compared to the whole of reality around us, and that we shouldn't surprise us. When I was living in Australia, I was in the middle of developing stage 6 of my artistic work, the aim of which was to integrate the viewer into the figure of the tree via an oversized cellular structure, represented by an accumulation of compact discs. An interesting anecdote is from the "Liminal" exhibition, where I told my gallery owner in 2009, Janet Clatyon, that this sixth stage resonates with Aboriginal paintings, except that she uses recycled industrial objects to do it. She replied: "You know, Laure, it's very difficult to understand the Aborigines, and what we call dream time". Once the exhibition was up and running, she agreed with me when an aborigine, without asking permission, carried a piece under her arm.


The relationship of Aboriginal and Amerindian cultures to my artwork :



Pouvoir être Arbre" series - 2008 - stage 6 (between 2006 and 2010)

Technique 1st Dimension: Digital photo sublimation on polyester voile Collage of CDs (laser) on fabric mounted on frame. 3rd Dimension, hidden, that of the information held in the CDs (laser). Other dimensions: invisible, empty space between planes approx. 3.5 cm.


What we call the "dream time" seems to me to be what I call in my artistic work, the "Structure M", which is the basis of all my series between 2004 and 2010 (stages 4 and 6). Structure M" is a concept I developed after 7 years of apprenticeship on Amerindian land. It's an idea elaborated, but at the same time materialized in a physical structure that rests in the depth of the work for stage 6, and constitutes the roots of the family tree in stage 4 of my artistic work. I built up this structure through the accumulation of compact discs, recycled objects from industry, evolving within the range of its products. Reappropriation has now become a common term in contemporary art, and détournement is another traditional means of expressing ideas. Function is hijacked in order to achieve a different ontology, while referring to characteristics of the nature of the product used and hijacked. Here, the compact disc is hijacked from its function as a recorder, a music player or a user manual that can be used as an Internet connection.

80% of the CDs used in stages 4 to 6 were collected from shopping malls promoting the first Internet connections to the public. When we switched from these old systems (in France, Wanadoo, club Internet...) to today's operators adding telephony, whole boxes of promotional discs were thrown away, and it was at this time that I intervened to turn them into works of art. It took me 7 years of meditation to turn this object into the representation of a cell, to be able to change the dimension of the microscopic worlds that inhabit us in their deepest dimensions. Structure M" would be the popularized, even schematized diagram of atoms, molecules and all the strata of cellular and physical tissues. I've hijacked the function of a CD, but the notion of memory remains important, as does the fact of being able to integrate the information we want. The aim was to integrate the viewer into "Structure M", allowing the work to reflect the entire exterior within, the condition of integration depending on whether or not there are veils separating the structure from its external environment. Depending on the work, the veils accumulate or disappear. Stage 6 includes over sixty pieces that play with titles, as well as the figure of the tree, sometimes in relation to human construction. In a moment of instantaneous creation of the "Structure M", a friend from Guatemala revealed to me the "Theory M" of quantum physics, which would link to it and perhaps enrich the intellectual approach of this stage. I don't have enough expertise to go into this theory in depth. What's more, if certain experts read this article, they'll only want to see me in pieces myself. I invite them to go further and answer the questions that will conclude this chapter. Only if the experts give me the feedback I expect, will I agree to debate with them and confront their acute angle that makes up their vision and expressions. Because of their sharpness and consequent lack of openness, such points of view can only bruise and wound, and history unfortunately offers us thousands of examples of the world that experts have created and enabled. If this angle of expertise has served patriarchal centuries, enabled our ancestors to kill each other and achieve victory through metal weapons transformed today into nuclear weapons, this angle must today be called into question. Whether we call it "dream time" or "Structure M", it's a dimension where all the scales of life come together, and into which the human being can be integrated. But for some obscure reason, he's just a shadow. Very few art critics have understood the impact and scope of such a concept, and it has been impossible for them to decondition their minds, like the majority of people born on European soil, who question nothing and integrate social and political principles that may need to be reformed, if we are to palliate this passage corresponding to different temperatures on earth.


Questions and conclusions


To the experts and others in limited perspectives, I propose the following questions: why do we need a microscope to become aware of the microscopic world, when people from other cultures can perceive it without one ? Why not open up to a vision other than the fixed one of mental structures ? Have you tried asking your brain about the shadowy, unconscious areas that inhabit each and every one of us? If not, why not? Are you pure light, pure knowledge ? So much so that you accept a world where we kill each other, dominate each other or divide the living ? If not, can you tell me where it is ?

From my point of view (I invite you to see my professional profile to find out what it takes into account, you'll find a full version on Linkedin) Europe's philosophers and scientists should ask themselves why we're not aware of what makes up the whole of living things by means other than microscopes or publication reports? What else can we call this but obscurantism? If the term obscurantism doesn't suit you, then how do you describe the acceptance of a world where every nation has missiles pointed at each other, even nuclear weapons? How do you describe a society where one sphere reigns over the others, accepting to be torn apart within it ? How do we describe this same sphere when it turns into a system of dictatorship and ends up killing its own citizens? How do we describe indifference to the misfortunes of others? Why do humans remain indifferent to entire animal species that are disappearing ? In this context, can we really say that the expert is guided by reason? Is this the reason for accepting excessive consumption, without questioning the consequences for future generations ? Why doesn't the history of man evolve in his external creation, so that he can in fact be the very subject of transformation and reform? Why does man divide himself and, worse still, why does he appropriate to build as much as to destroy ? Wouldn't the main problem be to find out why this three-dimensional, even multi-dimensional reality is approached from a binary mindset? Why is it that in today's education system, there are no avenues of exploration or ways out for the subject? Why is man content to remain fixed in rigid mental structures, rather than opening up and loving?


Meditation has enabled me to get out of the "egotrippled" state that inhabits so many people, from professionals and politicians to dictators. What is a dictator's problem if not his self-concept, which he will transfer to his nation to "force it to"...? Will science be able to solve this problem of an oversized ego? Is it the culture that does it? From my own experience, it's learning about other cultures that has enabled me to get away from my idea of "supreme mother" or "supreme father", because the idea of self often comes from the upbringing we've received. It's also meditation, which has enabled me to sharpen my mind to perceive in a more refined way, to be able to question, to be able to identify emotional wounds which, if left unobserved, obscure vision. Those who don't question the systems of thought and way of being proposed to them by society and their parents, are in a way accepting rigid structures belonging to the past, not that they are harmful in themselves; some have served us enormously in the past. But we're in another time, when the very existence of our species may be called into question. Perhaps it's time to question old principles, and discover new ones, in order to refine our consciousness and develop skills such as intuition, enlightened vision, apprehension of the entire spectrum of light and the invisible that surrounds it, not to forge new tools, but to improve our condition as human beings, and therefore as social and cultural beings in relation to other living beings on earth.

It's because of our culture that we're going to generate positions and reflections. This is where the complexity begins, between one's own cultural dimension and that of one's country, and for immigrants, it's where the Deleuzian concept of deterriorilization begins. It all began with my paternal family, where political decisions, in conflict with those of North African countries, broke hearts and plunged them into a new territory, where they would remain for the rest of their lives.


It's often culture - the attachment we have to a territory - that creates the wound, brought on by forced displacement, war or poverty. Coming back to the beginning of my article, all my research focuses on accompanying people who don't accept the system we live in, or simply question it. Are there other realities we can live with, other than taxes, pollution and all these inventions that serve no other purpose than to distract us? What kind of culture can we create together?

This will be the subject of the next article

In art and culture, I've found the seat of creation, the source code for anticipating everyday problems, for avoiding them, for building and creating according to our real needs. Thanks to culture, and the fact of cultivating oneself, I've also found common sense, a direction that's not unique, but multiple, surely in relation to the richness and complexity of living things. I have to tell you that throughout my twenties, I experienced eight different cultures. Not to go on vacation, or to see beautiful landscapes, but my aim was to understand the world around me.


French Translation / Traduction française



La Culture


Ce premier article souhaite souligner l’importance de la culture pour l'évolution du vivant sur la planète. Elle est une sphère indispensable et devrait être positionnée sans aucun doute aux côtés de la politique, jugée aussi importante que celle-ci, du fait de leur complémentarité. La culture est ce qui forge l’identité humaine et la positionne quant aux autres espèces vivantes sur Terre. Du plus profond de mon travail artistique, je rêve que cette identité puisse trouver et s’intégrer à une base commune pour se relier au vivant, qu’il soit végétal, animal, humain ou minéral. Mon souhait ne serait pas d'approcher un concept d'unité, mais plutôt de trouver un équilibre, une prise de conscience, un développement de la sensibilité. Cet article propose une revue des cultures du monde – la base de mes recherches –, un positionnement artistique, afin d'accompagner ceux qui ne se contentent pas d'un titre et d'un positionnement social, et pour ceux qui souhaitent une évolution constructive et équilibrée pour le vivant sur Terre.

La culture peut être approchée sous différents angles, dépendants très souvent du contexte qui l'entoure. Généralement, elle comprend l’ensemble des connaissances, des croyances, des pratiques, des valeurs, des normes, des habitudes et des comportements partagés par un groupe de personnes. Elle inclut les réflexions et idées sur le monde, les sciences, la religion, la philosophie, etc. Les croyances religieuses, spirituelles et philosophiques sont également des composantes importantes de la culture. Les valeurs représentent les principes fondamentaux qu'un groupe, qu'une nation considère comme importants, tandis que les normes définissent les comportements acceptables au sein de la société. Ces éléments guident les interactions sociales et le comportement individuel. Pour moi, et peut-être me direz-vous ce qu’est la culture pour vous, c’est le lieu du cœur, autant le siège de la raison que des émotions reliées à tout ce que l’on aime, que cela se traduise sous forme artistique ou sociale. Du fait de sa richesse et de sa multiplicité, la culture est une sphère complexe, qu'il est difficile d’aborder sous un unique point de vue.

Sous l’angle où je l’aborde, la culture est une sphère complémentaire à la politique. S’occuper de la protection, de la sécurité, des besoins primaires appartient à la sphère politique, et à ses côtés, il faudrait une sphère pour s’occuper de la gestion des besoins subtils, qu'on pourrait qualifier de supérieurs aux précédents, du fait du niveau de conscience qu'il faut atteindre pour y accéder. La culture pourrait alimenter ces niveaux supérieurs, par exemple nous pourrions citer le besoin d'harmonie et d'estime. La réalisation en tant qu’être humain pourrait être un autre domaine d'investigation. Ces besoins ne devraient pas être une utopie ou un positionnement relié au new age. Si on prend par exemple la pyramide de Maslow, ne pourrait-on pas imaginer une approche qui inverse la priorité des besoins ? Le positionnement traditionnel s'attache aux besoins primaires, l'être humain doit se sentir en sécurité, pouvoir se nourrir et se reproduire. Beaucoup pensent que la culture vient après ces curseurs. Il faudrait avoir déjà accompli une base financière pour accéder aux besoins subtils. Ma méthode dès l’âge adulte a été d'inverser la pyramide des besoins et de commencer par le haut de la pyramide. Mon objectif premier a été de me réaliser en tant qu'humaine et aujourd'hui de partager un mode d'emploi en Europe,  afin d'inverser les valeurs, de ne plus chercher en priorité la sécurité, reliée souvent à un sentiment de peur, mais bien de se réaliser en tant qu'humain. Je pense qu’il est bien temps d’imaginer que la culture puisse héberger une identité pacifique, aider à la construction d’une nation, qui respecte le vivant sous toutes ses formes ; dans tous les cas, la situation écologique et climatique laisse supposer qu’il est temps d’aller dans ce sens. Certes il existe des organisations comme l’UNESCO, mais elle repose sur la politique traditionnelle. Il existe aussi de nombreuses associations, toujours ancrées dans une norme sociale et politique existante. Il faudrait une organisation révolutionnaire dont le premier objectif soit la mise en place de méthodes qui changent les consciences, on pas par l’information, mais par la transmission de méthodes pour augmenter la sensibilité, l’intuition, afin de tout réorganiser à partir de principes vitaux. Pourrait-on imaginer un pilote, un mode d'emploi, un positionnement qui explore les possibilités d'être humain sur Terre, non plus sous un angle purement économique et politique, mais bien dans un mode de réalisation en tant qu'être terrestre ? L’expression  s’identifie aux réflexions de Bruno Latour, auxquelles il faudrait donner une continuité réfléchir aux conditions ontologiques d’être terrestre. L’oeuvre que j’ai créée pendant le premier confinement, « Statement de la culture terrienne » était un premier pas  à ce que j’appelle aujourd’hui la culture de l’irisation, objet du prochain article. J’y ai traduit en langue vortex,  toutes les suggestions, toutes les informations apprises durant les sept années de mon séjour en Amérique. La langue vortex représente l’étape 9 de mon travail artistique entre deux autres systèmes d'écriture élaborés afin de faire interagir le système cérébral des spectateurs avec des principes vitaux. Ces écritures symbolisent des systèmes hors dualisme, exposent autant des principes ternaires et multidimensionnels, que des principes vitaux, puisque toutes les écritures jouent avec la lumière solaire, révèlent au spectateur le spectre entier de la lumière.


"Statement culture Terrienne" - collage sur tableau administratif - 180 cm x 60 cm - 2020

Le spectateur est invité à traduire, ces écritures qui traduisent en langue vortex tous les conseils et suggestions culturelles qui me semblaient être une aide d'accompagnement à la pandémie Covid.


"Spirale Codex" - Collage troisième système d'écriture - 2022 - inspirée des écritures Malachim - étape 9 in progress depuis 2016


"Perspective - Dualisme en route vers la profondeur " - collage sur tableau noir - 2022 -

Troisième système d'écriture inspiré des écritures Malachim


Pour revenir à l’objet de cet article, j'espère pouvoir vous introduire à toute la richesse (hors celle matérielle) qu'offre la culture, qui nourrit toutes les facettes de l'identité humaine, permet l'exploration parfois ludique de tout ce qui passe dans le monde, dans les disciplines, et en nous-mêmes. Mon chemin artistique m'a amenée à vivre dans huit cultures différentes. De ce fait, cet article propose un aperçu, une synthèse de mes expériences de ces différentes cultures.


Cultures occidentales, un berceau matériellement fort et riche


La culture occidentale est le berceau dans lequel je suis née.  Cela m'a amenée une base matérielle assez importante, si on la compare à d'autres sociétés, qu'on appelle les pays en voie de développement. Pourtant, mes mémoires m'ont portée ailleurs et semblent loger des principes qui n'appartiennent en rien à ce que l'on appelle la culture occidentale. Peut-être sentirez-vous mon manque de neutralité, lorsque je parle de la culture occidentale, qui prend ses racines principalement en Europe. Ses valeurs, ses traditions, ses croyances, ses pratiques et ses institutions se sont largement diffusées en Amérique du Nord, en Australie, et dans d'autres parties du monde avec la colonisation, l'immigration et la mondialisation.

Faisons un focus sur la France, dont la culture, pour la synthétiser, donne une place importante à la science, à l'observation et l'expérience. La raison en est le guide et va faire naître tous les objets et les structures de notre société, basée principalement sur un niveau matériel et physique. Le niveau spirituel et ses valeurs ont été réduits au plus bas niveau, du fait de l'abolition de la religion et de l'avènement laïque. La laïcité porte néanmoins des valeurs importantes d'égalité, d'équilibre et de paix. La culture en France avance rarement des hypothèses qu'elle ne peut prouver. Tout ce qui ne va pas dans ce sens peut faire peur, crée la répulsion et est vite catalogué d'irrationnel. Pourtant, il y a encore moins de quatre siècles, tous croyaient en l'existence d'un dieu, à l'image de l'homme au centre de tout et que la Terre était plate. Si on s'attarde sur l'histoire de l'Europe habitée par la religion chrétienne, peut-on échapper aux contradictions, au dualisme qui apparaît dans tant d'exemples qui jalonnent l'histoire ? Combien de consciences surtout en France sont encore ancrées dans des principes passés et révolus ? Combien de consciences souhaiteraient le retour d’un roi ? J’ai entendu à plusieurs reprises, qu’il existerait en France 4000 familles de noble, entre 50000 et 100000 personnes favorables au retour d’un roi et donc de certains privilèges. Quelle est la part d’influence de ces personnes dans la politique d’aujourd’hui ? Quelle est leurs actions dans la culture ? Peut-on avancer ainsi ? Peut-on accéder à une nouvelle conscience et sensibilité nécessaire au passage que nous vivons avec un état d’esprit ancré dans le passé ? Ou va t-on avec un esprit créant des disparités d'autant plus liées à des titres et des actes de propriétés datant du début du Moyen Age ?


En France, la culture est gérée en général par la sphère politique, même si il existe de nombreuses structures privées, dont les plus riches, sont la Fondation Louis Vuitton et la Bourse du commerce de Pinault, les autres structures  privées survivront avec grandes difficultés sans support de fonds publics. Quand on évoque les projets culturels, on parle souvent de fonds perdus. Le gouvernement réunit les budgets et les finances, en provenance de tous les citoyens qui habitent la société, puis les distribue vers les autres disciplines, dont la culture, qui a souvent la dernière part.

La culture, je le répète, est une sphère sociale que je considère aussi essentielle que la politique, le gouvernement et l’économie… Malheureusement, l'Occident n'accorde pas cet équilibre et valorise le plus souvent l'économie et la politique. Le grand drame, de mon point de vue, a lieu quand la culture se peuple de nombreuses positions intermédiaires et relègue les producteurs et les artistes dans une position inférieure. Les figures intermédiaires dans l’art se sont multipliées dont l'objectif est principalement économique et politique. Les idées se perdent, le marché grandit même à l'intérieur de la sphère dont les directions n'ont pas su garder l’intégrité ni la curiosité et l’ouverture, au profit des sphères de pouvoir en place parfois depuis le moyen-âge, agissant en cercle fermé et obscur. La contradiction suprême est que les personnes de ces cercles se pensent « éclairées ». Je n'approfondirai pas ce point de vue très personnel, que je n'édifie pas en vérité, étant fille d'immigré de guerre, je n'ai pas accès à ces sphères, que l'on peut cependant observer facilement. La question importante, serait de savoir est ce que ces sphères ont la main mise sur les budgets publics ? Est-ce que le droit républicain est respecté ? Je n'ai pas de réponses à ces questions, si vous lisez cet article et que vous en savez d'avantage vous êtes invité(e) à partager.


La culture, malgré toute son importance, n'a pas été jugée essentielle lors de la pandémie de la Covid. Les lieux principaux de sa représentation ont été fermés pendant plusieurs mois en France et je crois que beaucoup de pays dans le monde ont suivi cet exemple. Certes, il y avait une crise sanitaire et une urgence épidémique, néanmoins la crise Covid a clairement montré que la culture était pour le gouvernement un sous-système à gérer. La culture reçoit en effet les budgets et déclenche une succession d’événements et de positionnements qui ont donné la fermeture des lieux culturels pendant la Covid, exposant ainsi le peu de considération de certains présidents à son égard. Il n’est pas étonnant dans cette perspective que l’Europe n’ait pas encore développé une identité culturelle forte. Son développement pour le moment dépend de structures politiques et administratives et se cantonne principalement à un sous-système à financer et à gérer.

En France, différents ministres de la Culture se sont succédés, souvent avec moins d'expertise de terrain, que les structures qu'ils sont censés gérer. Aux États-Unis, il n'existe pas de ministère de la Culture au sens traditionnellement compris dans de nombreux autres pays. Cependant, il y a une agence fédérale appelée le National Endowment for the Arts (NEA) qui soutient et finance les activités artistiques et culturelles. De plus, il existe également le National Endowment for the Humanities (NEH) qui soutient la recherche, l'éducation et les projets culturels dans les domaines de l'histoire, la littérature, la philosophie et d'autres disciplines  liées aux sciences humaines. Bien que ces organismes jouent un rôle important dans la promotion de la culture aux États-Unis, ils ne fonctionnent pas exactement comme un ministère de la Culture. Il paraîtrait même que la culture est souvent en lien avec des fonds privés. Le propos n’est pas de rentrer dans les structures institutionnelles qui composent la culture, mais seulement de survoler les caractéristiques de la culture occidentale, et la gestion est une part importante.

Malgré la prédominance de la politique et l'économie dans le monde occidental, il faut noter que ces pays voient naître d'excellents penseurs, artistes, auteurs, producteurs, des personnes passionnantes qui profitent de ce berceau matériellement fort pour engendrer et élaborer des œuvres et positionnements très intéressants et riches, qui améliorent l'identité humaine. Il est dommage que ces acteurs culturels ne soient pas plus aux commandes dans les sociétés occidentales. Il est dommage que trop d'idées et de théories ne soient pas mises en valeur.

Je terminerai par le fait que la culture occidentale est en soi aujourd'hui multiculturelle et, de ce fait, très complexe à définir par des vérités absolues. Donner beaucoup de précisions sans écrire un livre entier sur la culture occidentale est ardu. Du fait des conquêtes passées, les pays européens sont devenus de grands hébergeurs, avec des côtés positifs mais aussi négatifs qui se retrouvent dans leurs gestions internationales et caractérisent les temps que nous vivons que l'on pourrait qualifier de période néocoloniale plus que postcoloniale. Là est un autre sujet.

Pour revenir à la multiplicité culturelle que l'on trouve en France, j'ai traversé ces différentes identités pendant mon enfance et mon adolescence en vivant en Île-de-France et en proche banlieue parisienne. C'est sûrement l'observation de tous ces mélanges et richesse qui ont forgé ma volonté d'en savoir plus, de me cultiver et de m'ouvrir au monde.


Les Cultures d'Asie


C'est une expérience de perception que je qualifierais de décalée, qui m'a fait m'intéresser aux cultures du monde. J'avais 20 ans, je rencontrais un monde d'énergie dont personne ne m'avait parlé. Je me suis donc naturellement tournée vers les cultures d'Asie : je découvris l'hindouisme, et son concept du troisième œil.

Beaucoup justifient le dualisme, en Europe, en partant du simple fait que l'humain est par nature binaire : il a deux bras, deux jambes, deux cerveaux etc. Au travers de l'hindouisme, je découvris une culture qui ajoute enfin un élément ternaire ! Est-ce que le troisième œil hindouiste permettrait de percevoir la profondeur ? En effet, la réalité que nous vivons est dite tridimensionnelle, mais est-ce que nous percevons réellement cette troisième dimension ? Nous en avons une idée, mais est-ce que nous la vivons réellement ? Nous vivons dans une réalité tridimensionnelle, voire multidimensionnelle, comme le suggère la physique quantique, le troisième œil permettrait de voir l'énergie qui compose l'espace, toujours présente, mais invisible à tous ceux qui pratiquent domination et dualisme. Découvrant ce fait, je me suis demandée ce qui empêchait ce troisième œil de fonctionner tout le temps et d'être intégré dans l'éducation ou la culture occidentale. Les guides se sont alors présentés sur mon chemin, pointant la méditation, une pratique généralement bouddhique, même si il en existe d'autres origines. C'est dès 20 ans que je commençai la pratique de méditation Vipassana, et je n’ai pas cessé jusqu'à ce jour, même si la forme de méditer a évolué avec le temps, un article plus poussé sur le sujet fera suite.

La méditation, pour résumer, porte un regard sur ce qui nous compose, est un outil pour se rapprocher de la dimension du vivant, dans sa forme la plus microscopique. Ce que je nomme vivant, ce sont tous les mouvements, les transformations et les adaptations d’un monde microscopique qui va élaborer les formes physiques vivantes à notre perception. En cela, l’objectif une fois adulte a été de développer ma perception : qu’elle ne soit plus automatique, mais consciente, approfondie, affinée pour percevoir autant le subtil que les matières grossières qui cohabitent avec la société dans laquelle nous vivons et que nous connaissons. Le vivant se répercute aussi à une plus grande échelle, pour célébrer la Terre, les planètes et le système solaire qui permet la vie. Le vivant regroupe toutes les dimensions d’échelles en transformations et évolutions permanentes, qu’elles soient une errance, une direction intentionnelle, programmée, codifiée… Je ne suis pas certaine qu'il y ait beaucoup de différences, à part l’échelle, entre un système solaire ou galactique, et un système atomique. Je vous l'accorde, c'est certainement une intuition vague, qui restera une hypothèse et que l'esprit occidental transformera bien volontiers en idée farfelue. Une fabulation artistique de plus, mais je l'assume et je m'amuse de ce changement de dimension, que je pratique avec la respiration grâce à mes vingt années de méditation. La Terre se transforme en cellule, et je me connecte à son cœur, et d'un coup par la médiation de l'arbre qui est figé entre ciel et terre, ma conscience prend l'ascenseur de l'ADN universel pour me retrouver en connexion avec le cœur de l'univers. Et chaque fois que je le fais, je pense à toutes ces personnes qui souffrent, dominent, manipulent et je me dis : pourquoi ces choix, quand il existe l'ADN et qu'on peut y relier sa conscience ? Après des années, il me semble que la conscience est particulièrement reliée au sexe, à la reproduction ou bien à l'égo (qui pourrait être placé sur la zone du nombril. L'énergie s'accumule donc dans les zones corporelles inférieures, le muscle du périnée s'affaisse, jusqu'à l'état des personnes du troisième âge, souvent malheureuse, particulièrement dans les cultures occidentales, où elles sont souvent coupées de la présence des autres générations.

Mes expériences de perception, décalée de l’européenne, m'engagèrent à prendre la décision de partir d'Europe à 21 ans et d'approfondir tout le champ énergétique que je venais de découvrir. À part nos physiciens, notre éducation occidentale ne nous apprend rien sur cette dimension microscopique qui est néanmoins notre base identitaire. C'est donc naturellement que je pensai partir en Inde, mais le croisement d'un enfant péruvien me fit changer d'avis. En effet, si l'Asie amenait beaucoup au niveau de la perception, et de l'énergie, qu'est-ce que les cultures amérindiennes avaient à nous dire ? Avant d'aborder les cultures amérindiennes, je voudrais partager un autre élément important de l'hindouisme, que chaque femme devrait apprendre : le principe double féminin. Découvrir ce principe entre Kali et Shakti appartient aujourd'hui au patchwork culturel que j'ai intégré. Je vous invite à lire la Bhagavad-Gita.


Les Cultures en Amérique


Une fois effectué le choix de partir d'Europe, j'entrepris une recherche afin d'identifier les zones où les indigènes étaient le plus présents. Je me souviens avoir identifié l'Équateur et le Guatemala. Il me fallait une troisième pointe, afin de créer un triangle géographique, avec le double objectif de comprendre les cultures natives, et de d'explorer la question : qui sommes-nous en dehors de la culture et de la nomination ?


Equateur et Bolivie / Culture Achuar, Quechua et Tiahuanaco


Pour mon exploration en Équateur, où je découvris principalement la culture Quechua et une exploration rapide des Achuar, je vous avouerais que ce séjour d'un an a été une adaptation d'une bonne Occidentale, prenant la claque de sa vie une fois en Amazonie ! Je n'ai jamais cherché les voyages chamaniques des Ayahuasqueros, très prisés des Européens. La méditation me suffisait et me paraissait plus douce, elle m'a toujours servi à bien ranger mon armoire que cette grande forêt s'est fait un plaisir de renverser. Tout est de taille proéminente en Amazonie, ici aucune dimension habituelle à l'humain et la nuit retentit d'une cacophonie sonore, de tous les animaux et insectes qui la peuplent.

Après quelques mois en Amérique du sud, je réalisai mon grand rêve de l'époque : voir les vestiges de la civilisation de Tiahuanaco ! Je rêvais de la Porte du Soleil et de la Lune, de comprendre ce mystère qu'un livre m’avait révélé. Ce que je peux dire des cultures amérindiennes, c'est qu'il y a toujours une part de mystère qui permet à l'imaginaire de vagabonder et d'élaborer différentes hypothèses. Face à la Porte du Soleil entourée de fils barbelés fixés par l'armée bolivienne, j'imaginai une porte temporelle capable de nous transporter dans d'autres dimensions d'espace temps.

Les habitants Tiahuanaco avaient-ils accès à ce que j'appelle la « décellularisation » ou la téléportation ? J'avais 21 ans, j'avais lu le questionnement de nombreux archéologues, sur comment les citoyens de cette civilisation avaient pu transporter des pierres pesant plus d'une tonne sans l'invention de la roue. Il faut préciser que les pierres provenaient de la côte, pour monter à plus de 4 000 mètres d'altitude. J'ai fait plusieurs peintures et dessins de l'effigie de la Porte du Soleil qui m'évoquait l'humain éveillé, rameutant à lui la force terrestre symbolisée par la tête du jaguar et la force céleste via la tête du condor.


Visuel Porte du Soleil / Bolivie / Site archéologique de Tiwanaku


Les cultures amérindiennes m'ont appris à intégrer l'espace et à communiquer avec les forces terrestres. J'ai aussi appris la relation consciente avec les quatre directions et à les intégrer et activer dans ma méditation.


Culture Taïna / L'île de Saint-Domingue

Sur l'île de Saint-Domingue, où j'ai commencé mon apprentissage chamanique autour de l'eau, j'ai découvert les Taïnos, qui eux aussi s'intéressent au soleil et à la lune. Pour synthétiser ce que j'ai appris, les cultures amérindiennes personnifient chaque élément naturel. Les humains de ces cultures ne se divisent pas des éléments naturels comme nous le faisons. Il n'y a plus de descendants Taïnos, bien que quelques métis de famille africaine, européenne y vivant se réfèrent à ces origines. Les taïnos ont tous été décimés, lors des conquêtes violentes et surtout à cause des maladies que portaient les Européens et dont ils n'étaient pas immunisés. On peut retrouver de nombreux morceaux de poteries si on cherche un peu dans la nature. C'est donc intuitivement que j'ai approché cette culture, en dessinant leurs sculptures et poteries représentées par les artisans pour les touristes. A part dire que les Taïnos vivaient en harmonie avec la nature et communiquaient avec les éléments naturels comme en Amérique, je ne saurais que rajouter. Il est aussi intéressant de vivre les cultures actuelles qui composent les Caraïbes. Personne n'a de réelles racines sur ces territoires, cela crée une dynamique mouvante, tout autant fluide qu'explosive, parfois en lien avec la force du soleil et l'impact de l'eau sur de petits territoires de terre, que représente la péninsule de Samaná.


Cultures du Guatemala


Le triangle géographique commencé en 1998 se termina par un séjour au Guatemala de trois ans, entre 2001 et 2004. Je côtoyai différentes communautés comme les Tz’utujil, les Kaqchikel, les Quichés ! Il y a plus d’une vingtaine de langues autochtones, officiellement reconnues par l'Académie des Langues Mayas du Guatemala. Il y en a bien plus si on compte toutes les variables existantes. De mémoire, quand je vivais sur place, j'ai entendu dire qu'une soixantaine de langues étaient pratiquées.

J'ai rarement vu de si belles valeurs familiales qu'au Guatemala, les personnes âgées ont de la lumière dans les yeux, intégrées à leur famille, avec l’estime de toutes les générations ! Toutes ces communautés descendent de la culture Maya, dont les principales cités étaient déjà abandonnées à l’arrivée des Espagnols. Là aussi, il y a un mystère qui entoure le Guatemala, qui permet une marge propice à l ‘imagination !

Chaque communauté a ses habits tissés. On les reconnaît en fonction de leurs couleurs, de leurs motifs, ce sont surtout les femmes qui respectent cette tradition de porter leur « traje tipico ».

J'ai appris au Guatemala ce que j'appelle la réflexion inversée ou, pour être plus juste, la réflexion réciproque. Il existe une expression de plus en plus connue, « In lak' ech » littéralement « je suis toi, tu es moi ». Dans la langue maya, l'auteur Hunbatz Men nous apprend qu'il n'y a pas de pronom personnel pour définir l'autre, le soi ne pouvant être divisé de son environnement. On apprend en lisant son ouvrage intitulé "Religion et Science Maya" que les Mayas avaient édifié une société où les sphères de la politique, sciences, arts, philosophie, religion étaient sur un même niveau et allaient dans une même direction, chaque discipline étant la facette d'un même diamant. C'est cette perspective que je souhaiterais envisager pour notre société.

Quant à l'expression « In lak ech », je l'ai adoptée aussi, en faisant de la présence du spectateur l'oeuvre même, particulièrement dans les étapes 6, 7 et 8.

C'est aussi au Guatemala, que j'ai vécu la fabuleuse expérience de la communication avec l'univers. Imaginez vous de voir tout un pays, un bon pourcentage des habitants se tournant vers l'univers, pour leur demander la transmission de la nouvelle conscience. Figurez-vous que j'ai reçu le message le terme le plus adéquat serait : "décellularisation, recellularisation", deux concepts en lien avec une activité cérébrale plus performante qu'elle ne l'est actuellement. A ma connaissance, seul le film de Luc Besson met en image ces deux concepts, avec le film "Lucie". Scarlett Johansson interprète le rôle d'une jeune femme qui voit ses capacités cérébrales augmentées, et se trouve dans un avion et voit son corps se décomposé en nuage de cellules et revenir à la normal. Dans le film, l'actrice expose cette expérience, sous l'effet de drogues puissantes. Ma révélation est que l'on peut approcher une expérience similaire, du fait de la force intentionnelle, surtout si plusieurs humains s'unissent pour émettre des intentions communes. Dans tous les cas, les indigènes considèrent les forces vitales, l'univers, comme si ils s'adressaient à une autre entité humaine qui pourrait les comprendre. Vous n'imaginez pas le nombre d'exemples, de cette communication que les amérindiens peuvent entretenir avec les éléments naturels, ou plutôt faudrait il dire communion. Parfois ils mélangent ces pratiques maya avec des éléments de la religion chrétienne et cela donne de drôles de croisements. Les semaines suivant cette expérience de "decellularisation", j'ai même envisagé la possibilité de télépathie et de téléportation, ces hypothèses mériteraient d'être plus approfondies par la science. Mais si c'était le cas, on imagine bien la réaction des industriels qui serait de bloquer toute recherche, et les structures mentales rigides européenne, d’enterrer toute idée de ce type ou tout brevet possible. En effet, ces hypothèses rendraient obsolètes tout véhicule mécanique, un pan de l'économie s'effondrerait. Malgré leur grande communication culpabilisante concernant l'écologie et l'environnement, les sociétés européennes et américaines ne permettront jamais une telle évolution. Et pourtant, l'être humain détient des potentiels, et il est bien dommage que personne ne soit prêt à les explorer. Mon travail artistique est de proposer d'imaginer ce choix, que l'on devienne créateur de notre réalité, plus que d'abdiquer sans remise en question. L'être humain détient des potentiels, et c'est bien dommage que personne ne soit prêt à les explorer. Les structures mentales européennes étant pour le moment incapables d'envisager de tels concepts. Et pourtant, le potentiel humain et celui du vivant en général, n'attend plus que notre conscience et volonté pour évoluer. Après quelques années de séjour amérindien, J'ai intégré cette communication avec les éléments naturels. Pour parler plus scientifiquement, il serait sûrement préférable d'affirmer que tout être vivant résulte de force électromagnétique, capable d'émettre et de recevoir. L'intention devenant plus importante que l'usage même du langage verbal formulé. Il s'agirait d'ouvrir ses structures mentales pour être capable de les recevoir et les percevoir.


C'est chargé de ce patchwork culturel que je décida de rentrer en Europe, pour partager mon apprentissage. C'était en 2004 !


Cultures Aborigène


Après quelques années en Europe, je décidai d'aller vivre en Australie et de faire l'expérience des mémoires aborigènes afin de comprendre cette culture ancestrale et de compléter mon patchwork multiculturel. Je les ai très peu approchés physiquement, par contre, j'ai respiré, médité et travaillé sur leurs terres. Leur culture rejoint en de nombreux points les cultures amérindiennes, notamment pour ce que les aborigènes appellent "Rainbow Snake", qui pourrait correspondre au "Quetzalcóatl" de la Culture Aztèque, nommé "Kukulkan" dans la culture Maya. Toutes ces cultures réunies évoquent un serpent à l'origine de toute vie, créateur de toutes choses sur Terre. Le serpent est un symbole de fertilité et de reproduction, en lien avec les quatre éléments, il aurait tout créé sur Terre. L'esprit commun s'imagine le serpent comme rampant dans nos campagnes ou dans les forêts équatoriales. Pour les cultures ancestrales, il faut comprendre que le serpent se positionne dans une autre dimension que physique. L'anthropologue Jeremy Narby en parle très bien dans son livre "Le Serpent cosmique", où il identifie le serpent comme l'ADN. Dans mes nombreuses méditations, j'ai aussi approché ce qui pourrait être qualifié de serpent. On le voit dans la vidéo méditation https://www.lauremolina.com/Site-anglais/Laure_Molina_Guides.htm, mon corps se révulse parfois, et laisse échapper une grande onde, qui pourrait être perçue comme un serpent invisible. Ce qui est compliqué pour un esprit occidental, c'est d'identifier si on parle d'un réel serpent, de spermatozoïdes, ou bien d'un serpent invisible ou physique qui serait dans le cosmos. Jeremy Narby réunit bien toutes ces échelles, mais il ne nous donne pas la clé car en tant qu'anthropologue, il livre ses informations suite à ses recoupements et observations, qu'il ne semble pas comprendre lui-même comme bon nombre de ses collègues scientifiques. Les aborigènes eux changent de dimension constamment. C'est la particularité de ce que les occidentaux appellent le « dream time». Je n'utiliserai jamais ce terme car il n'est pas approprié et dévie le sens du multidimensionnel dans lequel sont ancrées les cultures aborigènes et amérindiennes. Certaines personnes de ces cultures, (bien sûr les plus évoluées et fortes, car beaucoup sont tombées dans la dépression ou des problèmes d'alcool /réf : guérir la blessure) vivent en conscience que leur corps physique est une organisation de mondes microscopiques. Cette conscience va pouvoir leur permettre de rentrer en communication avec les dimensions macroscopiques. À noter que la communication ici est à prendre dans sa racine. Le mot « communication » vient du latin communicare, qui signifie « partager », « rendre commun ». Cependant, si l'on remonte encore plus loin à des influences grecques, nous pouvons examiner la racine κοινός (koinos) qui signifie « commun », « général ». Cette racine a également donné naissance à un terme comme κοινωνία (koinonia), qui signifie « communion », « association », et qui a des liens conceptuels avec l'idée de partager ou de participer ensemble, ce qui est central dans la notion de communication. L'aborigène ne se divise pas du cosmos ou de la structure cellulaire qui peuple tout ce qui existe. Le terme « dream time » renvoie à une réalité qui n'existerait pas. Dans le cas de la culture aborigène, ce n'est pas un terme approprié puisque qu'il s'agirait d'un grand tout, autant physique que biologique. La méditation m'a fait découvrir toutes ces dimensions, du plus infime au plus cosmique, en passant par le visible et le physique. Quand je sens une vibration, elle est microscopique, en revanche quand ma conscience s'en rend compte et la respire, elle devient cosmique et sa puissance cambre mon corps. Le visuel ci-dessous vous montre à quel point le spectre visible est réduit par rapport à toute la réalité qui nous entoure, et qu'on ne doit pas être surpris.


Quand je vivais en Australie, j'étais en pleine élaboration de l'étape 6 de mon travail artistique, dont l'objectif était d'intégrer le spectateur dans la figure de l'arbre par l'intermédiaire d'une structure cellulaire surdimensionnée dont je vous explique plus en détail le processus créatif. Afin de conclure mon ébauche de la culture aborigène, je vous partage une anecdote : lors du montage de l'exposition « Liminal », ma galeriste à la galerie de Janet Clayton, en 2009, je lui partage que les oeuvres de la sixième étape qui allait constituer l'exposition, résonne avec les peintures aborigènes. Ce que les peintres des cultures ancestrales d'Australie représentent par des points, j'utilise des objets industriels recyclés pour constitues des oeuvres cinétiques, irisées et vibrantes. Janet Clayton me répond : « Tu sais Laure, il est très difficile de comprendre les aborigènes, et ce que l'on appelle le dreamtime ». J'insistai néanmoins sur le fait qu'il y a résonnance entre la dimension représentée par les peintures des aborigènes et mes oeuvres exposées. Une fois l'exposition montée et présentée, Janet Clayton alla dans mon sens quand une aborigène, sans demander l'autorisation, emporta une oeuvre sous le bras. Je lui ai répondu que je n'étais pas surprise de ce fait. A l'époque, je n'ai pas pensé à prendre le petit imprimé de la police qu'a voulu me remettre Janet, décrivant l'acte d'appropriation par l'aborigène. J'aurais dû, il aurait été amusant d'en exposer le scan. Janet Clayton l'aurait elle gardée en archives, je vais lui demander.


La relation des cultures aborigènes et amérindiennes à mon travail artistique




Série "Pouvoir être Arbre" - 2008 - étape 6 (entre 2006 et 2010)

Technique

1e Dimension : Sublimation photo numérique sur voile polyester

Collage de CD (laser) sur tissu monté sur châssis.

3e Dimension, cachée celle de l’information détenue dans les CD (laser).

Autres dimensions : invisibles, espace vide entre les différents plans d’environ 3,5 cm.


**


Ce que l'on appelle le "dreamtime" me semble être ce que j'appelle dans mon travail artistique, la "Structure M", qui est à la base de toutes mes séries entre 2004 et 2010 (étape 4 et 6). La "Structure M" est un concept, que j'ai élaboré après les 7 années d'apprentissage en terre amérindienne. C'est une idée élaborée, mais en même temps matérialisée en une structure physique qui repose dans la profondeur de l'oeuvre pour l'étape 6, et constitue les racines de l'arbre généalogique dans l'étape 4 de mon travail artistique. J'ai constitué cette structure par l'accumulation de disques compacts, objets recyclés de l'industrie, évoluant dans la gamme de ses produits. La réappropriation est maintenant devenue un terme commun à l'art contemporain, le détournement est un autre moyen traditionnel de l'art contemporain, pour exprimer des idées. On détourne la fonction, pour en venir à une ontologie différente, tout en se référant à des caractéristiques de la nature du produit utilisé et détourné. Le disque compact est ici détourné de sa fonction d'enregistrer, d'écouter de la musique ou bien de mode d'emploi pouvant servir de connexion internet. 80% des CD utilisés dans l'étape 4 à 6, ont été récupérés dans les centre commerciaux qui faisaient la promotion des premières connexions internet auprès du public. Quand nous sommes passés de ces anciens systèmes (pour la France Wanadoo, club Internet...) aux opérateurs actuels ajoutant la téléphonie, des cartons entiers ont été jetés de disques promotionnels, c'est en cette période où je suis intervenue pour en faire des oeuvres. Il m'a fallu 7 années de méditation pour faire de cet objet la représentation d'une cellule, pouvoir changer de dimension les mondes microscopiques qui nous habitent dans ses dimensions les plus profondes. La "Structure M" serait le schéma vulgarisé bien sûr, même schématisé des atomes, des molécules, de toutes les strates des tissus cellulaires et physiques. J'ai détourné la fonction d'un CD, mais la notion de mémoire reste importante, ainsi que le fait de pouvoir intégrer l'information que nous souhaitons. L'objectif était d' intégrer le spectateur dans "la Structure M", permettant à l'oeuvre de refléter tout l'extérieur en son sein, la condition d'intégration dépendant si il y a des voiles qui séparent la structure de son environnement extérieur ou pas. En fonction des oeuvres, les voiles s'accumulent ou disparaissent, l'étape 6 comporte plus d'une soixante de pièces qui jouent avec les titres, ainsi que la figure de l'arbre en relation parfois avec la construction humaine. Dans un temps instantané à la création de la "Structure M", un ami du Guatemala, m'a révélé la "Théorie M" de la physique quantique, qui viendrait s'y relier et peut être enrichir l'approche intellectuelle de cette étape Je n'ai pas assez d'expertise pour approfondir, cette théorie. D'ailleurs, si certains experts lisent cet article ils n'auront que l'envie de me voir en pièces moi-même. Je les invite à aller plus loin et me répondre aux questions qui concluront ce chapitre. C'est seulement si les experts me donnent le retour attendu, que j'accepterai de débattre avec eux et à me confronter à leur angle aigüe qui compose leur vision et expressions. Du fait de sa pointe et donc de son manque d'ouverture, de tels points de vue ne peuvent que meurtrir et blessé, l'histoire nous offre malheureusement des milliers d'exemples du monde que les experts ont créé et permis. Si cet angle d'expertise a servi des siècles patriarcaux, a permis à nos ancêtres de s'entretuer et d'obtenir la victoire par les armes de métal transformées aujourd'hui en arme nucléaire, cet angle doit aujourd'hui être remis en question. Qu'on l'appelle "le dreamtime", "Structure M", il s'agit d'une dimension où se réunissent toutes les échelles du vivant et dans laquelle l'être humain devrait être intégré. Mais pour des raisons obscures, il n'y est qu'une ombre. Très peu de critiques d'art ont compris l'impact, ni la portée de ce que représente un tel concept, il a été impossible pour eux de déconditionner leur esprit, comme la majeure partie des personnes nées sur des terres européennes et qui ne remettent rien en question et intègrent des principes sociaux et politiques qui doivent peut être réformés, si nous souhaitons pallier à ce passage correspondant à des températures différentes sur terre.


Questions et Conclusions


Aux experts et autres porteur d'angles pointus, je propose les questions suivantes : pourquoi avons-nous besoin d'un microscope pour prendre conscience du monde microscopique, quand des personnes d'autres cultures peuvent les percevoir sans outil? Pourquoi ne pas s'ouvrir à une autre vision que celle figée de structures mentales? Avez-vous tenté de demander à votre cerveau les zones d'ombres, inconscientes qui habitent chacun d'entre nous ? Sinon pourquoi ? Etes vous pur lumière, pur savant ? A tel point que vous acceptez un monde où on s'entretue, se domine ou se divise du vivant ? Là est la partie savante, sinon dites moi où elle se trouve ?

De mon point vue (je vous invite à voir mon profil professionnel pour découvrir ce qu'il prend en compte, vous en trouverez une version complète sur Linkedin) Les philosophes et les scientifiques de l'Europe devraient se demander pourquoi nous n'avons pas conscience de ce qui compose l'ensemble du vivant par d'autres moyens que des microscopes ou des rapports de publication ? Comment appeler ce fait sinon de l'obscurantisme ? Si le terme obscurantisme ne vous convient pas, comment alors décrire l'acceptation d'un monde où chaque nation a des missiles pointés les unes sur les autres, quand ce n'est pas une arme nucléaire ? Comment décrire une société où une sphère règne sur les autres, acceptant d'être déchirée en son sein ? Comment décrire cette même sphère quand elle se transforme en un système de dictature et en vient à tuer ses propres citoyens ? Par quel terme décrire l'indifférence aux malheurs des autres ? Pourquoi l'humain reste indifférent à des espèces entières animales qui disparaissent ? Est-ce qu'on peut réellement dans ce contexte, définir que l'expert est guidé par la raison ? Est-ce la raison qui permet d'accepter une consommation à outrance, sans remise en question de comment feront les futures générations ? Pourquoi l'histoire de l'homme n'évolue dans sa création extérieure, pourrait-il en fait être le propre sujet de transformation et de réforme ? Pourquoi l'homme se divise-t-il et, pire, pourquoi s'approprie-t-il pour autant construire que détruire ? Le problème principal ne serait-il pas de savoir pourquoi cette réalité tridimensionnelle, voire multidimensionnelle, est abordée à partir d'un esprit binaire ? Pourquoi n’y a-t-il dans l'éducation actuelle aucune piste d'exploration et d'élaboration de voie de sortie du sujet ? Pourquoi l'homme se contente d'être figé dans des structures mentales rigides, plus que de s'ouvrir et d'aimer ?

La méditation m'a permis de sortir de l'état "égotrippé", qui habite tellement de personnes, professionnels, politiques, jusqu'au dictateur. Quel est le problème d'un dictateur sinon son idée de soi, qu'il va reporter sur sa nation pour "l'obliger à "...? La science pourra t-elle résoudre cette problématique liée à la conscience d'un égo surdimensionné ? Est-ce la culture qui y parviendra ? Partant de mon expérience, c'est l'apprentissage des autres cultures, qui m'a permis de sortir de mon idée de "moi suprême mother" ou "suprême father", car l'idée de soi vient souvent de l'éducation que nous avons reçue. C'est aussi la méditation, qui m'a permis d'aiguiser mon esprit de percevoir de manière plus affinée, de pouvoir remettre en question, de pouvoir identifier les blessures émotionnelles lesquelles si on ne les observent pas obscurcissent la vision.

Celui qui ne remet pas en question les systèmes de pensées, de mode être que lui propose la société, ses parents, accepte en quelque sorte des structures rigides appartenant au passé, pas qu'elles soient néfastes en soi, certaines ont énormément servies par le passé. Mais nous sommes dans un autre temps, où l'évolution même de notre espèce peut être remise en question. Il est peut-être temps d'interroger les anciens principes, pour en découvrir des nouveaux, afin d'affiner notre conscience développer des compétences telles que l'intuition, la vision éclairée, l'appréhension du spectre entier de la lumière autant de l'invisible qui l'entoure, non pas pour forger de nouveaux outils, mais pour améliorer notre condition d'être humain, et donc d'être social et culturel en relation avec les autres vivants terrestres.

C’est du fait de notre culture que nous allons générer des positionnements, des réflexions. Là commence la complexité, entre sa dimension culturelle propre, celle de son pays, et pour les immigrés là commence le concept Deleuzien de déterriorilisation. le contexte culturel Tout commence avec ma famille paternelle, du fait de décisions politiques, en conflit avec celles des pays d’Afrique du Nord, les cœurs furent brisés puis plongés dans un territoire.

C’est souvent de la culture à savoir l’attachement que nous avons à un territoire  qui crée la blessure, amenée par les déplacements forcés, par la guerre ou la pauvreté. Je reviens au début de mon article, toutes mes recherches se positionnent à accompagner les personnes qui n’acceptent pas le système dans lequel nous vivons, ou bien simplement qu’ils le remettent en question. Existe t’il d’autres réalités que nous pouvons vivre, que celle des taxes, de la pollution, de toutes ses inventions qui ne servent à rien d'autre que nous distraire etc ? Quelle culture peut on créer ensemble ? Ce sera l'objet du prochain article


Dans l’art et la culture, j’ai trouvé le siège de la création, le code source, pour anticiper les problèmes du quotidien, pouvoir les éviter, construire et créer en fonction de nos réels besoins. Grâce à la culture, et le fait de se cultiver, j’ai aussi trouvé le bon sens, une direction non pas unique, mais multiple, sûrement en relation avec la richesse et la complexité du vivant, mais où l'estime et l'éthique sont toujours présentes. Combien de professionnels auront abdiqués à ces deux principes ?

Je vous invite à lire le prochain article "Culture de l'irisation", et envisager les graines de solutions que je propose quant à toutes les questions soulevées, lesquelles découlent de l'apprentissage de 8 cultures natives et du patchwork identitaire multiculturel qui en découle.



62 views0 comments

Commenti


bottom of page